Dub Fest’ #2 : deux arènes, 68 scoops, trois jours et trois nuits « inna sound system style »!

La seconde édition du Dub Fest qui s’est déroulée du 14 au 16 août à Gourgé (Deux-Sèvres), a accueilli près de 1600 festivaliers attirés par ce beau rendez-vous des sound systems (surtout) français. Les 8 sound systems et leurs 68 scoops au total répartis en deux arènes, ont fait vibrer les skankers pendant trois jours et trois nuits au ryhtme d’une sélection variée, du roots au digital, entre classiques et dubplates inédites. Récit de ce festival convivial qui va finir par convaincre les derniers sceptiques de l’ampleur et de la qualité de la scène dub française! Mais en reste t-il?

Stacks under rainbow in Dub Fest' #2!

Stacks over the rainbow in Dub Fest’ #2!

Jeudi 14 août

Comme dans pas mal de festivals de reggae/dub estivaux, la pluie s’est également invitée à Gourgé. Résultat : double ration de bâches pour les stacks et installation rapide de paille pour nos skanking shoes. En pénétrant sur le site, on découvre les huit sound system répartis sur deux arènes. D’un côté, trônent les murs de son de Lion Roots, Lion Youth (Genève), Shamani Sound, Welders Hifi. Les Anglais Emperorfari, « The Powerful Warrior Sound« , venus de Leicester, joueront pour leur part sur la sono des Suisses.

La seconde arène est composée de Chalice sound system, Mystikal sound system, Kiraden Hifi et Ital Sounds, qui arbore trois murs de six scoops, grâce aux scoops prêtés par Roots Powa, contrairement aux autres sound system qui ont tous deux murs de quatre basses.

Les deux espaces se démarquent rapidement, tant au niveau de la puissance que de leur style : l’arène d’Ital Sounds est résolument plongée dans une ambiance de sound system jamaïcain. On entend d’ailleurs retentir les sonos de Mystikal et de Chalice depuis l’autre arène, où Steflion Roots, accompagné de Jah Marnyah, enflamme la danse dès les premières notes. Cela n’empêche pas Jo et Albah du Welders Hifi d’enchaîner sur une sélection roots avec Freddie Mc Kay « Nah mek it look so ». C’est vrai que le festival commence à peine et qu’il faut garder de l’énergie pour le reste de la soirée. Lorsque Shamani reprend la main, les festivaliers arrivent par vagues et commencent tranquillement à remplir le site. Le « No salvation » de Kiddus I résonne dans nos oreilles, suivi de « Shine Eye Gal », joué par Emperorfari. L’échauffement est validé, on peut passer aux choses sérieuses!

Le Welders Hifi enchaîne, accompagné du flow percutant de Puppa Derrick de Steppin Forward.

Première soirée et premiers invités : les Parisiens du Drum Sound investissent l’arène. Ce sont, entre autres, les producteurs du Dakan riddim, sur lequel Sista Daba a posé sa voix sur titre « Rejoice » ou encore du premier album de l’artiste malien, Bloffou, l’année dernière. En une demi-heure de sélection, ils nous inondent de dubplates surprenantes, comme un remix de « Business of war » avec  la voix de Rosa Shanti. La première apparition de leurs productions maison sur une grosse sono n’est donc pas passée inaperçue.

Malgré un problème de génératrice en milieu de soirée qui plonge le site dans le noir et le silence pendant plusieurs minutes, histoire de reposer nos skanking shoes, la sélection se poursuit avec un florilège de chanteurs, tous plus talentueux les uns que les autres : Ras Mykha, Vishal et Sama Renuka, qui a rejoint le Welders Hifi avec sa magnifique voix il y a quelques mois. Scee Naphtali du Emperorfari continue à chauffer la danse avec le le fameux « Victory »: ce n’est que le premier jour de festival et on est déjà sur les rotules!

Vendredi 15 août

Dans l’après-midi, on entend retentir depuis le camping! On pénètre vite dans la première arène sur le « Sweetie come from America » de Well, Pleased & Satisfied, joué par le Welders Hifi, qui envoie une basse puissante sur la version, histoire de réveiller les festivaliers assis à l’ombre d’un immense arbre : un agréable espace aménagé avec des canapés en palettes et des balançoires!

Le deuxième soir du festival, baptisé « Nuit du live », accueille Barbés D, Tozer, Rootsteppa, Ackboo feat. S’Kaya, Miniman, Massada feat. Professor Natti et le duo Mahom. Pour l’occasion, les deux arènes jouent l’une après l’autre.

« Un style de musique aux déclinaisons infinies! »

Barbés D se lance sur la sono d’Ital Sounds. Il balance ses meilleurs productions, comme  « Move it » enregistrée avec El Fata, « Army in Helicopter » ou encore « Salam Alaikoum » : du dub « outernational » comme il le dit si bien. »Ce n’est pas du son, c’est du vécu », précise-t-il. C’est aussi un style qui tranche radicalement avec les sons entendues la veille, preuve que le dub est un style de musique aux déclinaisons infinies!

Barbés D sur la sono du Ital Sounds avec Ras Mykha qui fait une apparition au micro. Jah Marnyah et Professa Natti en arrière plan.

Le Parisien Barbés D sur la sono du Ital Sounds avec Ras Mykha qui fait une apparition au micro. Jah Marnyah et Professa Natti sont en arrière plan.

On bascule ensuite dans l’autre arène, où le Nantais Miniman fait rugir la sono de Lion Roots! Quand on l’écoute, l’appellation « Nuit du live » prend tout son sens : c’est une vraie pile électrique! Avec son mix de qualité, on saisit à quel point il aime le son qu’il veut nous faire partager. Dès les premières notes, les festivaliers se rassemblent dans la danse et n’y bougeront plus.

Le duo Mahom prent la suite sur la même sono et continue dans la lancée. Ils jouent un remix du titre « Bamba » de Sista Daba. « C’est du dub 2.0 »,  nous lance Joris. Ils sont accompagnés de Spelin Simple au chant, qui chantait pour la première fois en sound system et ce ne devrait pas être la dernière fois tant sa voix est magique ! Ils passent ensuite un morceau du projet lillois Skank Lab « Mahom meets Panda Dub », pour finir sur un titre de leur album Skankin’ Cat, qui devrait sortir en octobre.

Le dub maker Ackboo à la console pour un mix explosif, avec S'Kaya au micro!

Le dub maker Ackboo aux machines pour un mix explosif, avec S’Kaya au micro!

Les festivaliers sont chauffés à point et c’est au tour d’Ackboo de prendre le contrôle de la sono de Shamani Sound. La sélection est propre et efficace, le flow du chanteur S’Kaya dynamisant parfaitement la danse.

La soirée finit en beauté avec le grenoblois Massada, alias « The Italizer », qui se produit sur la sono du Welders Hifi, avec Professor Natti qui n’est autre que le MC du mastodonte sound system anglais Jah Tubby’s! Son dub énergique du « prochain millénaire » maintient nos skanking shoes en action jusqu’au petit matin.

Samedi 16 août

Dès l’après-midi, le ton est donné par Mathias du sound system Natural Warrior, qui fait retentir une de ses productions sur la sono du Welders Hi-Fi, une pépite digitale « inna Jouvier style », digne d’une fin de session d’OBF! Natural Warrior est loin d’être inconnu pour les sound systems présents, puisque Lion Youth et Lion Roots ont également joué plusieurs de ses productions maison pendant le festival.

Place ensuite aux invités du jour avec Mighty Clem du Umoja Hifi, qui entame son set avec le morceau  « Rejoice » de Daba Makourejah. Le selecta enchaîne avec des morceaux originaux, comme un remix du Yabby You par Echotronix : « dubplate style », pour terminer sur le superbe « Juvenile Delinquent » des Black Roots.

Mighty Clem d'Umoja Hifi à la sélection!

Mighty Clem d’Umoja Hifi à la sélection!

Du côté du Welders Hifi, on sort les armes de guerre : une combinaison avec Arno à la guitare, Sama Renuka, Puppa Derrick et Albah au micro, pendant que Jo s’active au mixage. Une belle équipe!

Shamani contre-attaque avec Professor Natty au micro, sur le Yabby you : on est d’ailleurs un peu surpris d’entendre ce titre pour la seconde fois en deux heures, mais ce n’est pas pour nous déplaire, tout comme le terrible morceau de Word, sound & power qui suit.

Lion Roots en profite pour caler le dernier titre de Sista Daba, que l’on prend toujours plaisir à entendre et qui fait à coup sûr bouger les massives. Entre Daba, Mo’Kalamity et Nish Wadada, la scène dub féminine est d’ailleurs bien représentée en ce moment.

Le soleil se couche à peine et l’ambiance est déjà bien chaude, le public en redemande, sifflets en bouche. Jah Marnyah pose sa voix sur la version et Steflion monte encore les basses d’un cran.

Les Anglais d’Emperorfari sont également en très grande forme : ils sont une bonne dizaine amassés derrière la tower. On profite de la sélection de Scee Naphtali, ponctuée de chanteurs au flow percutant, aussi talentueux les uns que les autres. De jolies notes de melodica en live viennent parfaire leur session. A ce stade de la soirée, l’ambiance est aussi déchaînée dans la danse que derrière les platines. Dès qu’un des sound systems joue, tous les autres s’amassent derrière pour le soutenir et profiter pleinement du rendu de la sono!

Scee Naphtalidu sound Emperorfari, seul représentant UK du festival!

Scee Naphtali du sound Emperorfari, seul représentant UK du festival! Straight from Leicester!

Le moment de faire un petit tour dans la seconde arène, que l’on avait un peu délaissée ces derniers jours. On est transportés dans une pure ambiance africaine avec les dijonnais de Kiraden qui jouent un titre de Messenger « Africa is burning and the blackman is doing the freak ». Le selecta se lance dans une danse endiablée et finalement, on reste pour le reste de leur set. On note que la membrane d’un haut parleur a été recollée, du coup, ils jouent un peu moins fort que les jours précédents. En effet, la seconde arène est plus petite et les murs sont installés en un arc de cercle plus petit, alors qu’elle renferme de puissantes sono. Et dans ce domaine, le sound system anglais de 8Kw de Kiraden Hifi se fait remarquer, tant par ses touches de violet que par sa puissance, le rendu des aigus notamment.

« Les massives n’ont pas l’intention d’aller se coucher »

Plus tard dans la soirée, l’arène est investie par Docteur Nagual X et son « illégal dub », que l’on avait pu trouver ces deux derniers jours au stand de Laboxprod. Sur la sono de Ital Sounds, il fait rugir ses sonorités digitales qui nous plongent dans un univers à part : encore une invitation audacieuse de la part des organisateurs à en juger par les sourires des festivaliers qui se laissent transporter en rythme, les yeux fermés…

Retour sur la première arène pour le dub fi dub, à l’occasion duquel le Shamani Sound fait place aux invités : Clem Umoja qui nous régale de nouveau de ses sélections et Papa Snipe du Bababoom Sound, qui manie le micro avec brio. Choo.ba.K de Shamani trouvera enfin le temps de poser ses vinyles sur sa propre sono, l’organisation d’un festival comme celui-ci n’étant pas de tout repos!

Le Welders Hifi à l'ouvrage (Albah-Sama Renuka_Samedi

Le Welders Hifi à l’ouvrage! Sama Renuka au chant.

Le Welders Hifi sort pour sa part sa belle collection de dubplates enregistrées avec Charlie P, ou encore avec Brother Culture et dont certains devraient sortir prochainement. La belle réaction des festivaliers est de bon augure avant la release de ces morceaux, hits en puissance.

On poursuit jusqu’au petit matin dans une ambiance conviviale, les différents chanteurs prenant le micro à tour de rôle, dans une ambiance électrique.

Finalement, Choo.Ba.K prend le micro pour une série de remerciements émouvants et annonce la fin du festival, mais les massives n’ont pas l’intention d’aller se coucher sans un autre morceau, puis un autre, puis un autre… jusqu’aux notes finales.

Le son à peine coupé, on recommencerait bien le festival depuis le début! On repart heureux, en pensant déjà à la prochaine édition. Rendez-vous est donc pris l’année prochaine, même vibe, même endroit pour vibrer sur de nouvelles sonos dans ce petit coin de zion inna Dub-Sèvres.

Reportage : Emiliye (textes) et Alex See (photos) pour Musical Echoes.

*Plus de photos et de vidéos sur ce festival à voir prochainement sur musicalechoes.fr

 

La jolie sono de Lion Roots qu'on a beaucoup dans le Sud, à Cannes ou Montpellier lors des soirées Dub Convention...

La jolie sono de Lion Roots qui a beaucoup tourné dans le Sud, notamment à Montpellier lors des soirées Southern Dub Convention

 

Steflion (Lion Roots) à la sélection et Jah Marnyah au micro!

 

Massada sur la sono du Welders Hifi

Massada Dub (« the Italizer ») sur la sono du Welders Hifi.