ReggaeBus festival #4 : des sound systems au top qui ont retourné Bruxelles!

Lors du dernier week-end d’août, s’est tenue la quatrième édition du ReggaeBus festival. Retour sur un week-end cent pour cent sound-system en plein centre de la capitale belge qui s’est notamment conclu par une rencontre au sommet entre Blackboard Jungle et King Earthquake! 

Reggaebus-festival

Jour 1 : vendredi 29 août.

Lorsque la programmation du ReggaeBus 2014 est sortie, notre première pensée a été que cette édition 2014 allait être d’anthologie… et elle a bien tenu ses promesses. Le festival a lieu depuis quatre ans à Tour & Taxis, un ancien site industriel datant du début du XXe siècle. Si une partie est utilisée pour des expositions, il reste des hangars gigantesques qui peuvent abriter des sound-systems et les dubheads qui vont avec. Cette année le site du festival était divisé en quatre scènes : l’Alternative corner (sonorisée par Gamma Sound) qui accueille plutôt des sessions live, l’Open air dédiée au roots avec le sound-system nantais de Zion Gate Hi-Fi, le traditionnel Blackboard stage (qui a accueilli King Earthquake en full sound le samedi soir), l’éphémère Shiloh stage (qui a accueilli King Shiloh le samedi après-midi) et le Belgian dub corner.

A notre arrivée sur le festival, direction le camping… Premier constat, il y a beaucoup plus de monde que l’année dernière, et le reste du week-end a confirmé ce sentiment. C’est parti pour la première session, on pense commencer tranquillement en se dirigeant vers l’Open air, mais les sélections roots et soulfull de Jah Youth nous empêchent de tenir en place, jusqu’à ce que sonne  « Soul Rebel » de Bob Marley. Les Jah Youth ont parfaitement pris le contrôle de la sono de Zion Gate et ont réussi une prestation impressionnante, une belle découverte.

Après avoir vu le retour de Zion Gate Hi-Fi pour conclure cette première journée sur leur sono, nous partons à la recherche des « pandas bread », les fameux sandwiches saucisse/légumes du ReggaeBus, en vain… Dommage !

La soirée se poursuit par une prestation en demi-teinte du Polonais Radikal Guru qui était accompagné de Cian Finn. Les productions de Radikal Guru valent vraiment le détour, mais celui-ci s’y limite un peu trop.

Malgré cette petite déception, on garde notre motivation et direction la Blackboard stage où le crew de Rouen (qui sonorise une partie du ReggaeBus depuis la première édition à Tour & Taxis) officie avec toujours autant de précision et d’inventivité, cette fois, avec Mc Taiwan à ses côtés. Parfaitement dans son rôle, Le MC délivre une performance intéressante. L’heure tourne, il est temps de descendre dans le chapiteau de l’Alternative corner pour aller assister au live de Weeding Dub!

La musique du producteur lillois donnait l’impression que chaque track recevait un coup de matraque avec un dub heavyweight brut et massif. Petit imprévu, Mc Oliva arrive, observe la sono des Gamma Sound, discute un peu, se tourne vers Weeding Dub, lui fait quelques signes et… prend le micro ! C’est parti pour quelques tracks où Oliva s’en donne à cœur joie. La session se conclut par « Judgement » (et un pull-up redoutable), sortie l’année dernière sur le label d’OBF (Dubquake) et une méchante track style Iration Steppas des années 2000. Nous finissons la soirée devant Aba Shanti I, très en forme en ce moment. Il délivre un heavy rootical dub illustré par sa version de « Roaring Lion ». La sélection touche directement l’esprit et conclut une première journée parfaite !

Jour 2 : samedi 30 août. 

Réveil sympa sur le camping (étonnamment calme par rapport aux années précédentes), ça discute tranquillement au gré des différentes rencontres, notamment avec Martin qui fait pas mal de vidéos de sessions dub… Comme lors de la deuxième édition, King Shiloh s’est déplacé avec sa sono pour le samedi après-midi.

Le sound néerlandais nous livre ce qu’on attend du sound-system : un son lourd, massif, des aigües presque saturés. Alors que le temps commence à s’assombrir, Bredda Neil enchaîne les versions (dont deux inconnues) de « Music is a Weapon » et la pluie se met à tomber. Le crew s’active à bâcher les stacks mais continue de jouer dans une ambiance apocalyptique. Le temps se calme et la session repart sur des notes plus positives, avec notamment la présence d’Askala Selassie au micro.

Nous partons en direction de l’Alternative corner car nous avons rendez-vous avec Jah Free pour une interview (à paraître bientôt sur musicalechoes.fr) et surtout, pour sa session. Un peu surpris par le virage heavyweight qu’il a pris, nous le trouvons toujours aussi efficace, notamment avec ses multiples versions de « Conscious One ». Durant une petite discussion avec Steve Vibronics, celui-ci nous parle de son attachement pour son album avec Brain Damage (Empire Soldiers). Il nous l’a démontré en passant presque en introduction sa version stepper de « Do U remember ? » feat. Sir Jean.

Br

Brother Culture épaulait King Earthquake au micro.

Il est minuit, c’est l’heure, nous l’avons attendue tout le week-end, la rencontre entre Blackboard Jungle et King Earthquake! Les premiers sont accompagnés d’Al Campbell, le second de Brother Culture. Al Campbell donne un côté très roots, alors que Brother Culture apporte un air joyeux à l’ensemble. Alors que les micros s’échangent, c’est un énorme contest entre sélecteurs qui a lieu.

« Rules are made to be broken »

Après un début plutôt roots, les sons se radicalisent peu à peu, King Earthquake sort du bois, bien décidé à tout faire trembler à grands coups de basse. Alors que les organisateurs viennent demander de limiter le volume, King Earthquake s’exécute. Un peu remonté, il prend le micro et annonce : « Rules are made to be broken ». Le message est clair, il repart encore plus fort. Les passe d’armes continuent, se raccourcissent pour finir en back-to-back. A 5h20, les sonos sont au maximum et c’est parti pour une fin inna warrior style. King Earthquake envoie tout ce qu’il a et même le sol a tremblé ! Blackboard Jungle lui répond par « Warrior Style » de Sak Dub. La session se termine aux sons des avalanches de basse, Nico prend le micro, annonce la fin et termine par une boom tune signée RDH à sortir bientôt sur le label de Blackboard Jungle. Pas de vainqueur, mais une belle poignée de main entre les deux sound systems!

Le ReggaeBus a tenu ses promesses pour cette nouvelle édition. L’esprit reste le même : une réunion d’amateurs de sound systems, avec une programmation intéressante, une ambiance underground et décontractée. S’il continue de grandir chaque année, le festival reste encore à taille humaine et brille par son organisation au top. En résumé, vivement l’année prochaine pour que le dub retourne à nouveau Bruxelles!

Reportage : Alex & Nico (W.A.I.) pour « Musical Echoes ».
Vidéos : Lonely lion Production (2) et Martin Dubu (1).