Vitrolles Dub Station #2 : grosses basses sous les étoiles!

La seconde édition de la Vitrolles Dub Station s’est tenue le 9 août dernier, à 20km de Marseille. Elle a réuni près de 800 personnes, sous les étoiles du domaine de Fontblanche. Une belle décharge de basses entre sound systems locaux et sounds établis : la sono de Salomon Heritage a fait vibrer le public aussi bien sur du roots énergique, dynamisé par Ras Tweed au micro, que sur des sonorités plus digitales avec également une belle sélection d’Aba Shanti-I. Pas la première de l’été en France! 

Aba Shanti I 2

Aba Shanti-I a encore déplacé les foules pour une Dub Station!

On l’attendait et on n’a pas été déçu : l’évènement qui s’impose doucement comme un des must de l’été a été à la hauteur de nos espérances. Dès l’arrivée sur le site, vers 18h, le bien-être opère : des coins de pelouse pour profiter tranquillement des derniers rayons de soleil, des transats, un espace restauration avec de grandes tables, où il possible d’avoir une conversation tout en profitant de la sélection des deux sound systems locaux qui assurent le warm up, de quoi entrer dans la danse en douceur.

La belle sono rouge de Lion King Dub venue de Toulon pour l’occasion! Conception artisanale!

Il est encore tôt et pourtant le dub est déjà bien dynamique! On comprend vite que Natural Bashy sound system (Aix-en-Provence) et Lion King Dub sound system (Toulon) ont bien l’intention de profiter pleinement de leurs trois heures de session. Les skankers sont d’ailleurs au rendez-vous et se laissent volontairement porter par les belles sonorités des deux murs de son homemade: un rouge et un vert, un jeu de couleur qui n’est qu’un hasard mais qui fait son effet.

Dub énergique du côté du LKD, accompagnés de Hug Dan Jahman au micro, et de Fayalite Horns au cor, du Roots Powa Sound System, pépites roots du côté des Natural Bashy.

Seb-Natural Bashy

Seb de Natural Bashy à la sélection!

20h30 : c’est déjà l’heure du dub-fi-dub, le son monte en puissance et la foule se densifie. LKD finit sur le « Victory », comme un appel à Aba Shanti-I qui se produira un peu plus tard dans la soirée. Hugo prend le micro sur la version. De sa voix percutante, il finit d’échauffer les massives qui sautent déjà bien haut et confirme ses talents de chanteur et sa constante progression vocale.

21h : Salomon Heritage venu de Montpellier prend le contrôle de la danse sur sa propre sono, accompagné de Ras Tweed. Le duo revient sur du roots mais toujours énergique, histoire de ne pas perdre le rythme!

Après deux sons d’intro, la température monte parmi les skankers, tandis que le soleil commence à se coucher pour laisser place à une jolie lumière qui vient éclairer les 10 scoops, répartis sur trois murs de son.

Les sons s’enchaînent, on (re)découvre des morceaux de l’album de Ras Tweed, Mek A Raise, sur le label Salomon Heritage, avec notamment le très bon titre « Lion paw ». On apprécie aussi la première production de Roots Meditation avec Mo’Kalamity sur le titre « Jah name » : la tuerie de l’été, taillée pour les sound systems ou dans un autre genre,  le fameux « Kingdom rise, kingdom fall » des Wailing Souls.

Ras Tweed improvise un a capella pour sauver une coupure de son! 

Ras Tweed dynamise la danse, ponctue ses intro de quelques phrases en français : son flow est énergique, il a le sourire et entretient un réel échange avec le public. La basse vrombissante se fait de plus en plus puissante. Derrière sa control tower, Roots Arna lance des petits effets : la foule est déchaînée.

Roots Arna de Salomon Heritage!

Roots Arna de Salomon Heritage!

Soudain, un problème de son nous plonge dans le silence complet: presque instantanément, Ras T-Weed entame une impro a capella de sa voix la plus douce : il est acclamé par les massives, qui battent le rythme avec leurs mains pour l’accompagner, pendant que l’équipe des Salomon Heritage s’active à l’arrière.

Ras Tweed pon the mic !

Ras Tweed pon the mic !

On se laisse porter vers la fin de la session avec « Get up, stand up », repris en chœur par le public avant l’arrivée de celui  que tout le monde attend : Aba Shanti-I!

Très dynamique, Aba Shanti nous a pourtant offert un set plutôt calme, preuve qu’il nous surprendra toujours! Ses dubplates inédites, jouées sur CD, enflamment la danse. Les genoux qui skankent, le micro dans une main, pendant que l’autre parcours les pochettes de vinyles à la recherche de la sélection suivante. Il agrémente ses mixs en tapotant sur son drum synth, un instrument aux sonorités digitales et presque psychédéliques. Nos oreilles sont bien sollicitées par la puissance de la sono de Salomon Heritage, on souhaiterait presque l’entendre jouer un peu moins fort. La danse se poursuit tout de même jusqu’à 2 heures et se propage parmi une foule dense sous une belle chaleur estivale.

On repart du bon son plein les oreilles et le sourire aux lèvres. Un succès pour Musical Riot qui a déjà annoncé son intention d’investir le lieu pour une troisième édition.

Aba, entre puissance et précision!

Aba, entre puissance et précision!


Reportage : Emiliye (textes) pour Musical Echoes. Photos : Jean-Baptiste Denizot.