Paris Dub Station #48 : Jah Free, King Shiloh et sa nouvelle sono retournent le Trabendo!

King Shiloh est déjà venu à Paris plus d’une fois avec son propre system. Mais samedi dernier, pour la 48e Dub Station, le sound d’Amsterdam a offert au Trabendo d’entendre sa toute nouvelle sono, sortie pour la première fois hors des Pays-Bas! Majestic B, Bredda Neil et Lyrical Benjie s’en sont donné à coeur joie. Avec son stepper caractéristique, le vétéran Jah Free, a également régalé en milieu de session. Reportage sur une nuit de sound system dub bien hot !

10965166_10152485359571572_1109820209_o

Bredda Neil (King Shiloh), toujours irie et toujours affuté dans ses sélections! Photo : Lonely Lion Production.

A l’arrivée vers 23h30, King Shiloh joue déjà fort, les basses font trembler le sol mais dans un style roots spiritual comme on a l’habitude de les entendre. L’occasion d’apprécier le look de leur nouvelle sono : deux stacks tout en bois de quatre scoops, disposés en arc de cercle pour une propagation différente du son… en s’approchant, on peut voir les speakers tournés vers le bas à travers un treillage joliment travaillé… On sait que le sound néerlandais est très attaché à la qualité de son son, et le rendu est très propre : des aigus moins criards qu’auparavant, des basses plus profondes et des middle plus nets, une belle réussite !

Bredda Neil commence à se chauffer à minuit : il balance une track heavyweight au milieu du set plus roots, pour attirer le public sur le dancefloor… Jusqu’à l’arrivée au micro de Lyrical Benjie à 0h45, l’orientation reste roots pour un reggae old school mais très dansant. On entend notamment le magnifique « Street of Gold » des Heptones ou un anthem d’Earl 16! La last tune du premier  passage de Shiloh (la session est divisée en trois parties avec Jah Free au milieu) fait honneur à Jah Free, puisqu’il s’agit de l’une de ses dubplates!

Open mic sur la version de « Conscious One »

Jah Free reprend sur un stepper très dansant et commence, progressivement à faire monter les décibels. Hélas, il retient un peu ses coups jusqu’au bout. S’il monte le son, il ne le pousse pas aussi fort que la sono pourrait le supporter. Au bout d’une demi-heure de set bien rythmé, Jah Free calme un peu le jeu mais repart de plus belle un peu plus tard avec son plus gros hit, « Conscious One » : la version avec Gary James, puis celle avec Sister Simiah, puis deux autres. C’est sur la dernière version que Jah Free propose au public de s’emparer du micro, expérience intéressante mais pas forcément concluante…

Au bout d’une heure et demi, Jah Free joue un stepper heavyweight dans un style qui lui est propre. Par la suite, le vétéran anglais propose systématiquement trois versions de chacune de ses tracks : les transitions sont propres les morceaux coulent presque de source!  En sound system, voir Jah Free, au contrôle de ses nombreuses dub sirens et des ses deux lecteurs minidisc (!) est une véritable expérience, d’autant que l’artiste ne se prive pas de communier avec le public!

3 heures du matin, il est temps pour King Shiloh de reprendre les rênes. Lyrical Benjie attrape le micro et reste au milieu du public, avec Majestic B qui fait parfois le MC. La transition avec Jah Free passe très bien, puisque les Bataves jouent désormais un dub stepper dur et sans concession ! Le volume est poussé à son maximum, l’ensemble de la salle vibre au rythme presque techno des basses du nouveau set.
Bredda Neil est déchaîné, sautillant derrière la control tower, l’air excité de jouer ce type de sons sur sa nouvelle sono qu’il sort pour la troisième fois seulement, la toute première hors des Pays-Bas.

Les nouveaux scoops de King Shiloh bénéficient d'une finition très propre.

Les nouveaux scoops de Shiloh bénéficient d’une finition très propre.

C’est d’ailleurs là qu’on découvre la vraie puissance du sound system, puisqu’il est désormais capable de jouer du son très dur avec une plus grande précision ! La soirée continue, entre dub minimal très lourd, à base de basses appuyées de kicks, et de sons heavyweight dansants. Une version digitale du classique « Music is the weapon » est même proposée après l’originale!

Intervention express du boxman sur les stacks !  

C’est à 4 heures du matin que le boxman du crew néerlandais entre réellement en scène, puisque le stack de face (puis l’arrière une demi heure après) se décale à cause des basses et le pavillon d’aigus est complètement décentré. La sono se retrouve presque démontée, et il est nécessaire de sangler une nouvelle fois la pyramide de caissons!
Du coup le sound se calme un peu et balance un remix du classique « Exodus » de Bob Marley avant de lâcher les chevaux avec un « eastern steppa » signé Mosha complètement fou. Il s’agit en fait d’une version dub du titre « Magic Mamaglia » entendu entre autre dans le BO du film Borat (voir extrait audio plus bas).  Une version trépidante autant qu’hystérique qui retourne totalement l’assistance. Derrière le « Babylon falling down » de Sandeeno maintient la pression au maximum. Celle-ci ne redescendra pas jusqu’à 6 heures du matin.

Une très belle soirée de plus au Trabendo : la nouvelle sono des Shiloh a fait ses preuves et a électrisé l’assistance! La prochaine Dub Station propose déjà de réunir Blackboard Jungle, Brother Culture et King Earthquake, qui continue de tourner malgré l’incendie récent de l’entrepôt où était stocké son matériel… Ce sera samedi 11 avril!

Texte : Alex W.A.I. (avec l’aide d’E. «Blender »). Photos, captures d’écran et audio : Lonely Lion Production (pour le film United we stand :  https://www.facebook.com/pages/United-We-Stand/984790488214688?fref=ts)

Deux murs de quatre scoops chacun encadrait la danse de part et d'autre. Pour des soucis de logistique, une partie du crew jouant la veille à Istanbul, quatre autres nouveaux scoops sont malheureusement restés à Amsterdam...

Deux murs de quatre scoops chacun encadraient la danse de part et d’autre. Pour des soucis de logistique, une partie du crew jouant la veille à Istanbul, le reste de la sono est resté à Amsterdam…

 

Au contrôle de ses innombrables sirènes, Jah Free a joué pendant deux heures!

Au contrôle de ses innombrables sirènes, Jah Free a joué pendant deux heures!

 

10927609_10152485621851572_584659036_o

The « dub activist », Jah Free to the mic !

 

Un set avec des deux lecteurs minidisc et une table de huit pistes! Original...

Un set avec deux lecteurs minidisc et une table huit pistes!

 

 

 

 

 

 

 

Lyrical Benjie,

Lyrical Benjie au micro pour King Shiloh!

 

Bredda Neil, selecta et opérateur at the control!  Photo : Lonely Lion Production.

Bredda Neil, selecta et opérateur at the control ! Photo : Lonely Lion Production (pour le film United we stand). 


Ecoutez « Music is the weapon » + version de King Shiloh ici :

 

Ecoutez « Magic Mamaglia » remix + version joué par King Shiloh ici :