Greg (King Rocky) : « Marcus Reid a découvert que son titre était sorti sans son autorisation! »

A la faveur d’une excellente première release, « Poor man cry » de Marcus Reid, le nouveau label King Rocky du Rootsblogreggae, frappait un grand coup dans l’univers des repress de perles made in Jamaica. Avec une volonté de réhabiliter le travail de l’artiste selon Grégory Hautbois, fondateur du projet et interrogé pour l’occasion par Manu Discomix…

La première release du nouveau label.

La première release du nouveau label au format 45T.

Musical Echoes : Peux-tu nous présenter ton label de réédition King Rocky s’il te plaît ?

Greg : Et bien King Rocky Records est le label de Rootsblogreggae, association qui fête ses dix ans cette année. RBR œuvre à faire découvrir la culture et l’histoire des musiques jamaïcaines et du mouvement Rastafari à travers principalement notre site et notre e-shop.
Il est difficile de définir King Rocky. Si effectivement, notre première référence est un « repressage », ce n’est pas à la réédition que le label va se cantonner. Nous n’avons aucune idée directrice si ce n’est que nous privilégions le format vinyle, le style et le son roots and culture ! Nous fonctionnons exclusivement aux vibrations, à l’envie et au gré des rencontres.

M.E : Comment s’est fait le choix du premier artiste présent sur ton label ?

GetInlineGreg : Nous n’avons pas eu à choisir! Si tu ne vas pas au reggae, c’est le reggae qui vient à toi… (rires)! Depuis longtemps nous avions envie de monter notre propre projet musical. Il y a près de huit mois, alors que nous travaillions sur une première production, Baba Ras Marcus m’a contacté des Etats-Unis par le biais d’un ami du Fasimbas Sound System, qui vit à Baltimore. Très touché et en colère, il m’a expliqué avoir découvert que son titre de 1978 « Poor man cry », qu’il a produit et écrit, et interprété sous le nom de Marcus Reid, était sorti par un Français sans son autorisation sous un titre et surtout un nom d’artiste différent.
Après avoir mené mon enquête, le label français n’était nullement responsable je tiens à le préciser, j’ai proposé à Marcus de ressortir son disque à l’identique, avec la volonté de le réhabiliter.
Ras Marcus est un grand homme, un elder (ancien NDLR) très respecté dans le mouvement. Il a vécu l’histoire du mouvement Rastafari de l’intérieur au plus près de grandes figures tel que Prince Emmanuel (fondateur du courant Bobo Ashanti en Jamaïque NDLR) ou Ras Pidow, avant de partir s’installer aux Etats-Unis. Alors, quand il a accepté nous étions les plus heureux! Nous nous sommes empressés de trouver un nom pour le label et on s’est mis au travail. Et puis le 26 novembre dernier, le jour de son anniversaire, il recevait le 7″.

« Après des semaines de recherches, j’ai fini par trouver une copie de 1978… »

M.E : King Rocky a réalisé un vrai travail de réédition, comment s’est déroulé l’aventure depuis le choix du morceau  »Poorman Cry » jusqu’à sa sortie ?

Greg : Paradoxalement, si nous avions l’aval de Ras Marcus pour ressortir le titre, nous n’avions aucun matériel! Ras Marcus n’avait plus rien depuis tout ce temps. Nous avons mené notre quête du Graal! Après des semaines de recherches j’ai fini par trouver une copie de 1978 sur le site d’un revendeur en Jamaïque. La copie reçue, si le label était parfaitement exploitable, il n’en était pas de même question sillon. La copie restait largement convenable pour un pressage d’époque, mais malgré un bon nettoyage numérique le résultat n’était pas à la hauteur de la qualité musicale des deux morceaux. Il nous fallu donc repartir sur la piste d’une meilleure copie.
Cette fois-ci, j’ai lancé des fusées de détresse vers plusieurs amis collectionneurs et par chance au bout de quelques jours, l’un d’eux en Grande-Bretagne s’est manifesté : il avait ce qu’on cherchait. Un transfert depuis le vinyle, un nettoyage et un mastering plus tard, « Poorman cry » et « Soul on fire » retrouvaient une seconde jeunesse.
Pour le label, nous avons juste rafraîchi l’original afin de garder toute l’authenticité du projet. Et puis, pour aller jusqu’au bout de la réhabilitation de Ras Marcus, nous avons ajouté à 150 copies un livret exclusif de quatre pages avec deux témoignages du chanteur, remettant le morceau dans son contexte social, historique et musical.

King Rocky LabelM.E : Quels sont les futurs projets du label King Rocky dans les mois à venir ?

Bien malgré-nous, nous avons placé la barre très haut avec cette première sortie. « Poorman cry »/«Soul on fire » était pour ainsi dire introuvable et recherché par bon nombre de collectionneurs. Pour la suite, nous sommes attendus au tournant… Actuellement, on travaille sur deux nouveaux projets bien différents du premier. Nous prévoyons de sortir dans quelques semaines une série de deux 7″ de productions de Reggae Remedy, enregistrées il y a plus de dix ans et jamais sorties. On y retrouvera The Viceroys, Mike Brooks et Determine sur un riddim très roots évidemment.

Notre second chantier est une collaboration avec Soul Sugar, organiste, spécialité Hammond, au talent dingue! C’est le projet mis en suspens pour s’occuper du cas Ras Marcus!  Mais je ne peux trop en dire plus car on ne sait pas si cela aboutira compte tenu des contraintes techniques avec les archives utilisées qui ne sont pas toutes jeunes…
Ce sont des choses complètement différentes et c’est ce qui nous plaît… Que chaque projet soit unique dans sa réalisation et nous permette d’apprendre, de toucher un peu à tout et de progresser. Nous souhaitons sortir des sentiers battus avec la seule volonté de partager notre passion.

Recueilli par Manu Discomix.

Retrouvez la chronique de la release de Marcus Reid ici : http://musicalechoes.fr/2015/03/le-melodica-de-pablo-et-la-voix-de-marcus-reid-pour-le-premier-repress-de-king-rocky/