Aleksander (Jah Love) : « A Varsovie, on essaie de connecter la culture sound system avec les squats »

Arrivé à Varsovie en Pologne en septembre dernier, notre reporter Jules a déjà eu l’occasion d’assister à un certain nombre de soirées sound system et cerner un peu mieux la scène reggae/dub polonaise. Cette dernière ne se limite pas à Radikal Guru et au label Moonshine Recordings. Reportage au cœur d’une session sound system dans un squat de Varsovie et interview dans la foulée d’Aleksander du Jah Love sound system!

rtyrytr

Alekansander et Tymon, les deux fondateurs du Jah Love sound system à Varsovie.

Vendredi 22 mai, Jah Love Sound System organisait une soirée au squat Przychodnia avec les deejays et MCs Mic Liper, Lightman I, Diego Cichy Don, Earl Jacob, Ras Borozi et Fritz, ainsi que le tromboniste Kaspa Izaah.

Le squat était bien plus rempli que lors des précédentes dances et je suis malheureusement arrivé trop tard (00h30) pour profiter des petits plats vegan normalement proposés, victimes de leur succès. Pas de videurs ou agents de sécurité ici, Jah Love et les habitants du squat s’occupent de tout parfaitement, et la fête bat déjà son plein au sous-sol, avec une foule compacte et réactive, qui semble bien apprécier.

Avec ses deux stacks de deux scoops chacun, le sound system de Jah Love n’est certes pas aussi gros que celui d’OBF ou Blackboard Jungle, mais sonne très bien, clair et précisément. C’est suffisant pour sonoriser la petite salle.

Un stack de Jah Love sound system.

Un stack de Jah Love sound system.

Le trombone aurait mérité d’être un peu plus audible, mais les lyrics des MCs sont eux parfaitement audibles. Nous avons eu droit à une très bonne sélection, allant de classiques comme « Rootsman warrior » à des dubplates polonais ou sons du dernier EP de Jah Love. Les deejays et MCs furent très bons également, réussirent facilement à faire rentrer le public dans la danse.

Interview d’Aleksander du Jah Love Sound System et du collectif Mystic dubs :

Musical Echoes : Est-ce que tu pourrais premièrement nous en dire un peu plus sur Jah Love Sound System et Mystic dubs ?

Aleksander : Tymon (l’autre fondateur) et moi avons eu l’idée de créer un sound system en 2009. Nous avons commencé par organiser des événements réguliers dans un centre culturel indépendant. Ces soirées sont restées ancrées dans la scène reggae de Varsovie, pas seulement à cause de leur qualité, mais aussi grâce à l’ambiance spécifique des squats. Au bout de deux ans et d’un certain nombre de soirées, le sound system était enfin construit. Il pèse maintenant 10kW et une dizaine de personnes en font partie et nous supportent dans notre mission et l’organisation de ces soirées dub.

En 2011 nous avons fondé avec Syntopa, le collectif Mystic Dubs et organisé des événements comme le Warsaw Underground Festival ou les Warsaw Dub Club. Le collectif connecte sept crews dont deux ont leurs propres sound systems, nous et Roots Melody de Pabianice. Notre mission est toujours de promouvoir la bass music et la culture sound system en Pologne.

M.E. : Vous avez été les premiers à créer un sound system à Varsovie ?

A. : Non à Varsovie les premiers étaient Roots Revival, mais ils ne jouent plus. Nous avons en quelque sorte été leurs successeurs.

« Ici le reggae/dubstep est plus populaire que le dub! »

 M.E. : Tu sais quand la scène sound system a commencé à se développer en Pologne ?

A. : Il y a 25 ans environ, mais le premier sound system a été construit seulement en 2008/2009.

M.E. : Est-ce que tu penses que Varsovie est la ville la plus active en Pologne pour les événements reggae/dub ?

A. : Non, les meilleures soirées dub sont à Cracovie (Dub Temple sonorisées par Dubseed) et à Gdynia (près de Gdansk sur la mer Baltique NDLR) avec les Trojmiasto Dub Club sonorisées par Pandadread. A Varsovie on essaie de connecter la culture sound system avec les squats. On veut créer quelque chose de nouveau et être indépendant.

M.E. : Donc la scène sound system a commencé vers la fin de l’ère communiste, mais il y avait déjà des groupes de reggae polonais avant comme Izrael. Est-ce que tu sais comment c’était et si cela faisait une différence d’être dans un pays communiste ?

L'affiche de la dernière session du Jah Love, le 22 mai dernier, à Varsovie!

L’affiche de la dernière session du Jah Love, le 22 mai dernier, à Varsovie!

A. : Il y avait déjà des groupes oui, comme Izrael, Kryzys ou Daab. Certains étaient indépendants mais d’autres comme Gedon Jerubbaal, mon groupe de roots polonais préféré, ne boycottaient pas le gouvernement, ou du moins pas ses médias.

M.E. : Cette scène roots des années 80/90 semble avoir une plus grosse influence punk que celle d’Angleterre ou d’autres pays…

A. : Oui clairement!

M.E. : Et est-ce que tu penses qu’il y a un “son polonais” typique dans la scène reggae mis à part la langue ?

A. : Oui, les polonais veulent ressembler à Izrael, ils ne copient pas le style jamaïquain mais leur propre style.

M.E. : Es-tu déjà allé à des sessions en Europe de l’Ouest ou au Royaume-Uni ? Est-ce qu’il y a des différences avec les dances en Pologne qui te viennent en tête ?

A. : En France c’est normal que quelqu’un chante en patois, ici personne ne veut écouter ça. Les sound systems sont plus gros et il y a bien plus de gens présents là-bas. En Pologne les gens aiment le raggamufin ou dancehall polonais, pas vraiment le dub. Je pense que ça changera quand quelqu’un commencera à chanter sur des riddims dub en polonais.

M.E. : La dernière soirée session de samedi a regroupé beaucoup de monde et j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de monde depuis la première où je suis allé en septembre. Tu penses que les sound systems deviennent de plus en plus populaires ?

Diego Cichy pon di mic!

Diego Cichy Don pon di mic!

A. : On avait juste deux MCs polonais plutôt populaires, Diego Cichy Don et Earl Jacob. Mais c’est vrai que cette musique devient petit à petit plus populaire. On essaie de connecter ça avec le reggae polonais et les mouvements anarchistes.

M.E. : Les sound systems polonais semblent plus engagés politiquement/socialement, et moins rastafari/spirituels non ?

A. : Non, seulement nous, les autres sons sont non politisés. Il n’y a qu’un seul sound rasta en Pologne, Mystical BattaLion, mais seulement depuis deux ans.

M.E. : La scène dub/dubstep influencée par le reggae semble aussi se développer, avec Moonshine Recordings et Radikal Guru, qui est maintenant plutôt connu en France. Est-ce que ça marche aussi en Pologne ?

A. : Bien sûr ! Syntopa de Mystic Dubs est lui aussi un reggae/dubstep warrior. A Varsovie cette musique est plus populaire que le dub. Quand on organise une soirée reggae/dubstep, le club est toujours plein.

M.E. : Votre dernier EP (http://jahlovesoundsystem.bandcamp.com/releases) était vraiment bon ! Est-ce qu’il y a d’autre releases de prévues ?

A. : Ouais ! On devrait annoncer ça d’ici quelques semaines, suivez notre page facebook!

Reportage et interview par Jules Burguières pour « Musical Echoes ».

Une playlist d’extraits de reggae polonais ici

Le dernier EP de KGS disponible gratuitement :

https://www.facebook.com/MysticDubs.org

https://www.facebook.com/JahLoveSoundsystem

https://www.facebook.com/Syntopa

Session en squat à Varsovie!

Session en squat à Varsovie : tout le monde a le sourire!