Chronique : « Empire Soldiers » de Brain Damage meets Vibronics (live)

C’est une de ces aventures qui forge l’histoire du dub. La collaboration entre Vibronics et Brain Damage a entraîné une tournée prolifique depuis l’automne 2013 lorsque l’album Empire Soldiers est sorti. Toutes ces dates n’ont fait que confirmer la richesse artistique et humaine du projet. Un disque live sorti le 22 juin sur Jarring Effects, permettra d’en garder une trace bienvenue!

La version live d'Empire Soldiers sort en CD, double vinyle et numérique chez JFX!

La version live d’Empire Soldiers sort en CD, double vinyle et numérique chez JFX!

C’était presque une évidence. Avec presque cinquante dates en France, en Grande-Bretagne ou en Allemagne (…), la tournée Empire Soldiers de Brain Damage meets Vibronics, toujours en cours d’ailleurs,  accouche donc d’un enregistrement live. Pour rappel, le projet s’articulait autour de la participation des soldats des Empires coloniaux français et anglais à la Première Guerre mondiale.

Labellisée par la Mission gouvernementale du Centenaire de la Grande Guerre, cet opus vaut donc tant par son message historique que sa musique. Enregistrés à Saint-Nazaire (44), Poitiers (86), Gardanne (13) et Vauréal (95), les douze titres du live nous plongent donc un Empire Soldiers forcément revisité et moins « propre » que la version studio enregistré à Saint-Etienne et Leicester.

« Energie communicative et électrisante »

C’est un pull up demandé par le chanteur Parvez au début de « Youts to war », un Madu Messenger qui harangue la foule avant d’improviser comme un boss sur « Dub Engine » et que le morceau ne dégénère en guerre totale à grands fracas d’échos, de sirènes et ce kick frénétique propre à Brain Dramage qu’on retrouve sur presque tous les dubs comme sur le dernier track, bien différent de sa version studio. « Siege of Kut » s’étend en effet sur 8,29 minutes de pure folie musicale après un rewind au bout de deux minutes avant que la chambre d’écho de Martin Nathan ne repasse la sirène de Steve Vibronics à la moulinette (dub) entre deux passages chantés…

Car finalement plus que les différences avec les versions studio, ce qui marque ici, c’est l’énergie communicative et parfois électrisante des morceaux qui nous rappellent à nos bons souvenirs des concerts (voir ici ). On revoit Martin de Brain Damage faire des tours sur lui-même devant ses machines comme un robot devenu fou, habité pleinement par son mix, on se remémore le sourire permanent en mode « banane » sur le visage de Steve ou encore le chant poignant de Parvez ou Madu Messenger, toujours rempli de messages positifs à l’endroit du public…

Bref, cet album n’a rien de superflu et donne à entendre ce que le dub machines fait de mieux en live, entre maîtrise technique parfaite et fulgurances improvisées. Il clôt un projet musical et pédagogique d’envergure auquel le public a manifestement bien adhéré et qui reste avant tout une très belle aventure humaine autant qu’artistique.

E. «B.»

Tracklisting :

1-Letter Home
2-Youts To War
3-Youts To Dub
4-Do U Remember ?
5-Do U Dub ?
6-Muchät
7-Kings Engine
8-Dub Engine
9-Sufferation
10-Sufferation Dub
11-Neuve Chapelle
12-Siege Of Kut.

Le coup de ♥ du chroniqueur : « Siege of Kut ».

Retrouvez la chronique détaillée de l’album « Empire Soldiers » ici : http://musicalechoes.fr/2013/10/chronique-empire-soldiers-de-brain-damage-meets-vibronics/

Retrouvez l’interview de Martin Nathan de Brain Damage sur ce projet ici : http://musicalechoes.fr/2013/10/martin-nathan-brain-damage-avec-vibronics-la-rencontre-de-deux-ecoles-de-dub/