Zion Station festival #5: dub, roots and culture à l’italienne dans un petit coin de paradis!

Pour la 5ème année consécutive, le Zion Station Festival s’est déroulé à Gambulaga, dans le nord-est de l’Italie, du 25 au 28 juin. Pendant quatre jours et trois nuits, artistes et festivaliers ont investi le site de camping à la ferme « ai due laghi », petit coin de paradis au milieu de nulle part, calé entre deux lacs, comme son nom l’indique. Reportage jour par jour avec notre infatigable duo de reporters Emiliye et Alex See!

Coucher de soleil sur l'arène!

Coucher de soleil sur l’arène!

Après nous avoir fait découvrir des petits sound systems italiens talentueux lors des éditions précédentes (voir ici), la programmation de cette année a davantage fait place à la scène européenne, avec une affiche à faire rêver les connaisseurs du genre : Alpha Steppa, Maasai Warrior, Salomon Heritage, King Shiloh ou encore Aba Shanti I… Sans pour autant oublier les sounds italiens avec Dan I et Etrurian, venus évidemment avec leur sonos respectives.

Jeudi 25/06: Alpha Steppa feat Jonah Dan – Dan-I feat. African Simba & Violin Boy, sonorisé par Imperial Sound Army.

Le premier soir démarre en douceur avec un warm up roots de Ben Alpha (Alpha Steppa-Dub Dynasty), pour ensuite glisser petit à petit vers un set plus dub, muni de ses productions maison. Il joue en live act avec des mix inédits. On prend plaisir à le voir évoluer sur sa petite console portable, accompagné de Jonah Dan au micro, qui nous invite à « free animals from the zoo », ainsi qu’à libérer chaque cellule de notre corps pour se laisser aller sur la musique. Il partage même le micro avec Dan-I le temps d’un morceau.

Alpha Steppa feat Jonah Dan!

Alpha Steppa feat. Jonah Dan.

 

Session nocturne jusqu'au petit matin...

Session nocturne jusqu’au petit matin…

Alpha Steppa enchaîne avec des morceaux de son prochain album qui, excellente nouvelle, est annoncé pour septembre, avec plusieurs sons aux influences indiennes. Il s’amuse avec les multiples sonorités de sa sirène, le tout parfaitement dynamisé par le flow de Jonah Dan. On remarque la belle complicité entre les deux artistes qui s’apprécient et s’influencent mutuellement.

Le chanteur African Simba sur une sélection de Dan-I.

Le chanteur African Simba sur une sélection de Dan-I.

Il laisse la place à Dan I, Imperial Soun Army, qui sonorise la soirée avec un gros stack de 8 scoops. Accompagné d’African Simba, au flow infatigable, la sélection monte en puissance. On est impressionnés par la maîtrise parfaite de Dan I sur sa control tower, avec du delay et de la reverb justement placés et balancés au millième de seconde près. L’ensemble est véhiculé par une énergie puissante et positive des artistes jusqu’à la sono, en traversant l’âme des danseurs. De plus en plus chaud, African Simba laisse de moins en moins de blancs au micro : il reprend ses classiques tels que « Civilisation » et « Poverty », « backé » par les dubs surpuissants de Dan-I.

La soirée est ponctuée par un set en live de Violin Boy : il sublime les versions en nous plongeant dans une ambiance magique, tant il est rare d’entendre du violon en live en sound system. Et voilà que les quelques centaines de personnes présentent lors de ce premier soir sont déjà bien déchaînées.

Violin Boy prend le contrôle!

Violin Boy prend le contrôle!

Vendredi 26/06: Maasai Warrior, Salomon Heritage feat Ras Tweed, Etrurian Sound system avec sa sono, feat. Charlie P.

On s’échauffe le second soir sur la sélection d’Etrurian sound system, qui fait déjà rugir énergiquement ses deux stacks de quatre scoops chacun, une configuration différente que celle de la soirée précédente. Charlie P nous donne un avant-goût de ce qui nous attend pour plus tard.

Maasai Warrior prend le relais : fidèles à eux-mêmes avec leur « positive vibrations » et une musique aux fortes basses largement amplifiées. C’est sur ce son très stepper que Paul Maasai pose sa voix grave, reconnaissable entre mille. La danse est lancée, on ne s’arrêtera plus de lever les genoux jusqu’au bout de la nuit… This is Bristol stepper sound !

Roots Arna (Salomon Heritage) prend ensuite le contrôle de la soirée, pour nous régaler de ses sélections roots and dub dont il a le secret : les « acétates » se succèdent sur la platine. Ras Tweed enchaîne les versions avec aisance, accompagné par l’engouement des festivaliers.

Roots Arna aux contrôles pour Salomon Heritage!

Roots Arna aux contrôles pour Salomon Heritage!

Le contraste entre les deux sound systems est saisissant, nous offrant une nuit aux sonorités dub éclectiques.

Eturian Sound System prend alors le contrôle de sa sono, pour un set plutôt inattendu : du gros dub et une prise de micro très régulière pendant que Charlie P, resté sur le côté, est à l’affût et prêt à bondir sur les versions, qui se font plutôt rares.

Une fois au micro, Charlie P balance son flow dynamique et efficace!

Une fois au micro, Charlie P balance son flow dynamique et efficace!

S’ensuit une discussion animée entre les MCs de la soirée qui se mettent d’accord pour se partager le micro. On assiste alors à un magnifique set de Maasai Warrior, dynamisé par Paul Massai et Charlie P, dont on peut enfin profiter du flow.

Salomon Heritage revient avec un Ras Tweed toujours en forme et toujours une excellente danse, afin de représenter comme il se doit le sound system français à l’autre bout de l’Italie. La chanteuse cap-verdienne Nish Wadada prend le micro le temps d’un morceau sur une production du sound system, sur laquelle elle a collaboré.

Samedi 27/06: King Shiloh Sound System feat. Earl 16.

Dernière soirée et non des moindres puisqu’elle a accueilli King Shiloh sur sa nouvelle sono, organisée en deux stacks de six scoops chacun. Accompagné d’Earl 16, les Amstellodamois nous mettent tout de suite dans l’ambiance du « King Shiloh kingdom » : danse dynamique agrémentée de productions maison. Installé « à l’anglaise », dos au public, Neil affiche un large sourire.

Bredda Neil toujours au contrôle de KIng Shiloh sound system.

Bredda Neil toujours au contrôle de KIng Shiloh sound system.

L’énergie générale de la danse, qui s’est bien étoffée depuis le premier soir nous colle les genoux au menton pendant sept heures. Le set est également ponctué au micro de la voix douce mais dynamique de Nish Wadada qui nous plonge parfois en méditation. Les MCs se succèdent : du chanteur de King Shiloh, en passant par Ras Tweed ou encore Imo du sound sytem Moa Anbessa (les organisateurs du festival) pendant que les sélections qui s’enchaînent. On ne comprend plus très bien où on est, on danse, transportés par la basse puissante.

Toujours très affûté au micro, Earl 16 déchaine les foules!

Toujours très affûté au micro, Earl 16 déchaine les foules!

On note un nouveau system sonore efficace qui retransmet à merveille tout le spectre des fréquences, pour notre plus grand plaisir. Les voix des chanteurs sont claires et bien audibles, tandis que la basse et le kick restent très présents.
A noter que Bredda Neil n’a pas bougé de la platine de toute la soirée, continuant à sélecter même en mangeant. Incroyable et infatigable passionné !

Le nouveau system de Shiloh : design épuré, performances sonores optimales!

Le nouveau system de Shiloh : design épuré, performance sonore optimale!

Dimanche 28/06 : Aba Shanti I.

Le festival s’achève en beauté par une session d’Aba Shanti I, le dimanche après-midi. Sur la sono d’Etrurian Sound, il nous offre un set mélodieux et dynamique. Pendant que certains plient bagages, quelques centaines de festivaliers sont venus partager ces dernières heures de danse sous le soleil. Et quelle danse! La foule est aussi dynamique qu’au premier jour, devant un Aba Shanti content, désireux de partager et répandre son message. On l’accompagne jusqu’aux dernières notes, qui viennent conclure quatre jours incroyables sur la planète idyllique du Zion Station.

Un dimanche après-midi en compagnie d'Aba Shanti I!

Un dimanche après-midi en compagnie d’Aba Shanti I!

Le Zion Station Festival côté lac.

En plus de sa programmation sans fausse note, ce qui fait l’authenticité de ce festival, ce sont sans aucun doute son emplacement, ainsi que l’état d’esprit plus que positif, aussi bien des festivaliers que des organisateurs qui prédominent!

On passe ainsi les après-midi installés au bord de l’eau, sur la pelouse du « Lake Yard », sonorisé par le sound sytem vénitien Heavy Rootation. De nombreux invités se relayent ainsi pour animer nos baignades pendant trois jours. Dan I, Charlie P, Alpha Steppa, ou encore Salomon Heritage et Ras Tweed qui participent également à ces sessions à l’ombre des arbres, dans une ambiance intimiste.

Grazie mille Zion Station Festival !

Des après-midis dansants sonorisés par

Des après-midis dansants sonorisés par Heavy Rootation !

Reportage : Musical Echoes (textes : Emiliye/photos : Alex See).
Vidéo : Kraotax Gerly.

Regardez un montage vidéo résumé du festival ici :