Tom Fire : « En quatre heures de boulot en studio avec Soom T, on avait fait quatre titres! »

INTERVIEW CROSSOVER. Producteur, compositeur, arrangeur, multi instrumentiste… Les casquettes de Tom Fire sont multiples. Un mois après la sortie de son dernier album, l’artiste remonte sur scène ce mercredi à La Maroquinerie de Paris avec les chanteuses qui l’accompagnent sur le disque dont le bâton de dynamite au flow ravageur made in Glasgow, Soom T…

Sur scène, Tom Fire joue de plusieurs instruments en plus des rythmiques programmées.

Sur scène, Tom Fire joue de plusieurs instruments en plus des rythmiques programmées. Photo : web.


Musical Echoes : Ton dernier album Low Fidelity vient de sortir il y a un mois. Il mélange plein de styles musicaux différents, comment le définirais-tu? Bass music ?

Camille aka Tom Fire.

Camille aka Tom Fire. Crédit : Diane Sagnier.

Tom Fire : Oui bass music, mais pas seulement! Le titre Low Fidelity fait référence aux basses fréquences, mais il y a évidemment plein d’influences dans cet album : reggae/dub, electro, hip hop et puis de la chanson… Il y a des morceaux très « pêchus » et d’autres beaucoup plus calmes. C’est un album crossover.

M.E. : Il y a notamment plusieurs chansons reggae sur l’album. Quel est ton rapport à cette musique et quels genres de reggae écoutais-tu?

T.F. : Avec le reggae, c’est une histoire d’amour. J’en écoute depuis mes 16-17 ans. J’ai écouté beaucoup de roots, des albums d’Augustus Pablo par exemple mais aussi énormément de stepper anglais comme Jah Warrior ou les productions de Gussie P. J’ai acheté pas mal de vinyles de tous les genres. Tous mes morceaux ne sont pas reggae, mais il y a toujours une référence au reggae dans la construction : un delay, un contre-temps de piano…
J’aime bien aussi le dub plus électro comme Rythm & Sound (formation et label allemand de dub/techno NDLR). Et puis après, j’adore tout particulièrement les chanteurs de reggae aussi. Leur grain, la façon qu’ils ont de poser leur voix…

« Linval Thompson écoute une fois un riddim et pose sa voix direct! »

M.E. : Justement tu as bossé avec le mythique producteur et chanteur jamaïcain Linval Thompson sur ton dernier album avec le très bon titre « No Food », comment êtes-vous entrés en contact?

T.F. :  Cela s’est fait très simplement. Le label Makasound qui l’avait fait venir à Paris. Il cherchait à enregistrer donc je l’ai emmené au studio et on a un fait un paquet de titres dont seuls deux sont sortis. On a bossé une semaine ensemble. Je faisais des instru le matin, Linval Thompson venait en début d’après-midi et on bossait ensemble très efficacement. C’est à ce moment là que j’ai composé le « Fire riddim » sur lequel chante Linval, mais aussi Derajah ou Biga Ranx

M.E. : Sur le plan professionnel et artistique, comment s’est passée ta collaboration avec Linval Thompson?

T.F. : Super, c’est un très grand professionnel! Il écoute une fois un riddim et il pose sa voix direct, c’est aussi simple que ça pour lui! Et puis sa chanson, c’est une vraie chanson avec des couplets et un refrain, et pas du yaourt !

M.E. : Et ta rencontre avec Soom T, la chanteuse de Glasgow, qui apparaît sur deux titres de ton dernier album?

6650-tom-fire-featuring-soom-t-pochette-single-take-a-walk

Deux morceaux de Soom T figurent sur l’album Low Fidelity dont le très bon « Take a Walk ».

T.F. : C’est la même chose, elle est venue dans mon studio et on a tout de suite accroché tous les deux! En quatre heures de boulot, on avait fait quatre titres! Les deux qui sont sur l’album (« Take a walk » et « The good love » NDLR), un morceau plus techno, « Dawn », et un autre qui n’est pas sorti. En plus c’est une fille hyper gentille…

M.E. : Votre collaboration se poursuit puisque tu produis son prochain album qui sort bientôt non ?

T.F. : Oui il doit sortir le 13 novembre et il y a déjà deux titres qui tournent en ce moment sur Nova…

M.E. : C’est un album de reggae digital ou quelque chose de plus varié comme le tien? Comment s’appelle-t-il?

T.F. : Il va s’appeler « Free as a bird », ce qui correspond bien à l’esprit musical de l’album et de Soom T. Sur son album, il n’y a qu’un « vrai » morceau de reggae/dub. C’est donc aussi très crossover. Soom T avait envie de faire autre chose que de se poser sur des riddims reggae, ce qu’elle a déjà beaucoup fait. On n’avait pas de limites, on s’est éclaté. On a fait des morceaux funky 80’s par exemple… En trois semaines, on a produit une trentaine de titres, mais on a gardé que douze pour l’album.

M.E. : Ce mercredi, tu joues à La Maroquinerie de Paris et Soom T sera bien de la partie?

T.F. : Oui elle sera bien là, elle arrive la veille de Glasgow pour qu’on répète tout ça! On va sans doute jouer quelques morceaux de son album à venir aussi. Et puis il y aura aussi Flavia Coehlo et Mélissa Laveaux pour ce concert donc c’est un peu spécial puisque après pour la tournée, je n’aurai pas la chance de les avoir toutes les trois pour un même concert. Mercredi, ça fera un peu office de release party pour l’album Low Fidelity.

M.E. : Tu joues pleins d’instruments pour tes compositions, mais en concert tu t’organises comment? Tu envoies les instrumentaux depuis ton ordinateur?

T.F. : Il y a un batteur live avec moi. Et sinon j’amène des synthés, un piano, des pads. Je joue aussi de la basse et j’ai des  boucles qui sont préenregistrées sur mon ordinateur… Bref, c’est un gros merdier sur scène !

Recueilli par Emmanuel « Blender ».

* Tom Fire est en concert ce mercredi 7 octobre à La Maroquinerie de Paris. 23 rue Boyer, 75020. (M Gambetta L3 ou Ménilmontant L2). Première partie : Tigerz. 19h00. 19,80 €.

Retrouvez la chronique de l’album Low Fidelity ici : http://musicalechoes.fr/2015/09/chronique-low-fidelity-de-tom-fire/

Écoutez « No Food » feat. Linval Thompson ici :

Regardez le clip de « Take a Walk » feat. Soom T ici :