Down Tone #1 : Dub Dynasty, Roots Atao et Stand High testent leurs dernières trouvailles au Virgo !

Vendredi 5 février, avait lieu la première session Down Tone dans le nouveau club parisien le Virgo à Montparnasse. Sound System résident de ces nouvelles soirées, Stand High Patrol avait convié pour l’occasion Dub Dynasty (Alpha Steppa et Christine Woodbridge d’Alpha & Omega) feat. Jonah Dan ainsi que Roots Atao qui n’est jamais très loin du sound breton quand la sono est de sortie ! Retour sur cette soirée d’un nouveau genre partagée par 1300 personnes et répartie en deux salles.

Le Virgo était bien rempli pour l'occasion.

Le Virgo était bien rempli pour l’occasion mais pas tout à fait plein.


Vigiles bien visibles, vestiaire obligatoire, éclairage minimal et bières bouteilles à 7 €, bienvenue dans le nouveau lieu branché des nuits parisiennes… Perdu sous l’immense dalle autour de la tour Montparnasse, le Virgo a tous les habits d’une discothèque ultra moderne. Voir et entendre un sound system dans ce lieu d’avantage fréquenté par les clubbers que les skankers n’allait pas vraiment de soi… Mais après tout pourquoi pas si cela permet d’élargir son audience ?

Toujours est-il que Stand High Patrol ne s’est pas fait prier pour poser ses stacks dans le plus grand espace du club. Trois murs de trois scoops ceinturent un espace vaste, mais assez bas de plafond, ce qui a pour effet d’écraser un peu le son et notamment les basses. Qu’importe le rendu sonore est puissant et équilibré lorsque Roots Atao envoie les premiers tunes dès minuit. Le Virgo vibre de toute part sur des sélections déjà bien rythmées et pas uniquement roots.

Vers 01h10, c’est Dub Dynasty qui prend le contrôle pour leur première date à Paris même. Ben « Alpha Steppa », ceintré dans sa chemise noire, est à la sélection, épaulé par sa tante, Christine Woodbridge à la basse. Le chanteur anglais Jonah Dan se pose sur les versions et assure les transitions avec entrain, même s’il « bouffe » parfois un peu trop le micro.

Musique mystique

« Blessed Ethiopia », « Blessings », « Black Rose » (…), les tunes du dernier album de Dub Dynasty s’enchaînent et sont autant de tueries. Mais pas seulement puisque les Anglais jouent également quelques morceaux prometteurs de leur prochain album à paraître en avril ainsi que pas mal de prods de Ben Alpha à l’instar de « Material Things » ou de l’énorme « Monsoon come » feat. Ras Tinny (écoutez ici), dont le pull up est largement mérité.

La musique de Dub Dynasty, directement inspirée par Alpha & Omega, est un subtil alliage entre roots et modernité pour un dub à la fois, profond et sauvage, toujours très mystique. La basse de Christine est surpuissante et le public exulte à chaque premier accords en début de morceau. La pression monte progressivement tout au long du set de Dub Dynasty qui se termine dans l’allégresse par les hits « Thundering Mantis » et « We got Jah ». Un joli voyage vers de nouveaux horizons musicaux qui a réussi à embarquer l’assistance même si la majorité entendait ces morceaux sans doute pour la toute première fois.

Au même moment, dans l’autre salle, l’ambiance est sacrément barrée et les deux DJs de Dengue Dengue Dengue et leurs masques déjantés envoient de la grosse trap bien crasseuse. Le public est réceptif, mais bien moins nombreux que de l’autre côté où Stand High Patrol commence sa session vers 02h40 dans une ambiance déjà électrique !
Assez timidement d’abord avec des morceaux plus ou moins revisités et déjà largement connus (« Brest Bay », « Routine », Gambling Johnny » ou « No matter how long it takes »…) entrecoupés de nombreux passages à la trompette de Merry. Si ces derniers apportent beaucoup de musicalité à la session et reposent les oreilles des déferlantes de basses, ils en cassent aussi parfois la dynamique à force de se répéter.

Le crew breton surprend davantage lorsqu’il joue ses dernières dubplates où se posent notamment Jamalski, Mikey Melody ou Peter King pour la meilleure tune de la session, à l’aise !  La sélection alterne avec des passages plus instrumentaux pendant lesquels les riddims de « The Tunnel », « Dancehall Scientist » ou encore l’éculé « Rub-A-Dub Anthem » sont une énième fois remixés. Mais Stand High joue également des nouvelles productions, des dubs bien massifs ou encore cet étrange morceau dédié « aux fans de vieux rock n’ roll et de rockabilly » par Pupajim.

Il est vrai que l’ouverture musicale du crew n’est plus à démontrer et c’est assurément la grande originalité de leurs sessions actuelles même si ces dernières pourraient aussi gagner en homogénéité en se recentrant autour du dub…
Peu avant 5 heures du matin, Roots Atao reprend le contrôle et ne fait pas baisser l’intensité en envoyant quelques dubplates bien senties (Jamalski, OBF…) ou encore ce terrible remix de « Wicked Rule » de Martin Campell par Like Dat Records (écoutez ici).

Une demi-heure plus tard, Stand High est de retour pour boucler la nuit en beauté et enchaîne par « Geography », l’un des morceaux symboles du crew. Il faut avoir un certain cran pour jouer ce titre hybride et peu rythmé en fin de session, mais le trio reste fidèle à sa ligne de conduite : faire ce qu’il veut quand il veut, indifférent aux étiquettes musicales comme aux attentes d’un public de plus en plus nombreux et exigeant qu’il continue de surprendre en replaçant, session après session, le sound system dans sa fonction première de vaste champs d’expérimentation musical. À ce titre, cette première nuit Down Tone est donc des plus réussie !

Reportage : Musical Echoes (Textes : Emmanuel « Blender » / Photos : Tom « Tsoham »).

Goldie Locks de Roots Atao a ouvert la session !

Goldie Locks de Roots Atao a ouvert la session, avant de veiller toute la nuit, sur la control tower .

 

Venus de Londres pour l'occasion,

Venus d’Angleterre pour l’occasion, Alpha Steppa et sa tante, Christine d’Alpha & Omega, forment Dub Dynasty !

 

Petit mapping de Kazy et Diazo sur l'un des murs du club.

Mapping de Kazy sur l’un des murs du club.

 

L'Anglais Jonah Dan au micro pour accompagner Dub Dynasty !

L’Anglais Jonah Dan au micro pour accompagner Dub Dynasty !

 

La légendaire basse de Christine Woodbrige, pionnière du dub UK avec Alpha & Omega...

La légendaire basse de Christine Woodbrige, pionnière du dub UK avec Alpha & Omega, formé avec John, le père de Ben Alpha. Family affair !

A la sélection, Ben Alpha Steppa, allie dub organique et bass music rythmée.

A la sélection, Ben Alpha Steppa, allie dub organique et bass music rythmée.

 

 

 

 

Virgo-8

A côté d’une salle dédiée au sound system, plusieurs artistes se relayaient dans une salle plus « electro » avec notamment les Péruviens de Dengue Dengue Dengue (ici, à l’image), le producteur norvégien Slick Shoota ou les Français Snowball et Moresounds.

 

Virgo-12

Jeux de lumières pendant le set bien barré de Dengue Dengue Dengue !

 

Jeux de lumières pendant le set de Dengue Dengue Dengue.

Stand High a pris les commandes de son sound system vers 2h30. Ici Rootystep et Pupajim au micro.

 

Merry intervient de plus en plus en souvent à la trompette.

Merry intervient de plus en plus souvent à la trompette.

 

Pupajim a réclamé "le merdier" au public parisien !

Pupajim a réclamé « le merdier » au public parisien !

 

Mc Gyver à l'opératon et Rootystep à la sélection pour SHP.

Mc Gyver à l’opératon et Rootystep à la sélection pour SHP.

 

Stand High Patol au contrôle.

Stand High Patrol au contrôle.

 

Le selecta a joué pas mal de dubplates dont une tuerie de l'homme Peter King !

Le selecta a joué pas mal de dubplates dont une tuerie de l’homme Peter King, l’ancien MC de Saxon sound system…

 

Concentration maximale du DJ

C’était la première date française pour le producteur norvégien Slick Shoota !