Paris Dub Station #51 : Legal Shot, Early Days et Iration Steppas mettent une pression acoustique maximale au Trabendo !

Après le week-end spécial des cinquante éditions en octobre, la Dub Station parisienne revenait à une configuration plus classique samedi 13 février. Le Trabendo accueillait le producteur parisien du label Early Days, le sound system rennais Legal Shot feat. Lasai et l’inusabe Iration Steppas feat. Dan Man pour de belles déflagrations de basses, mais pas seulement… Reportage au cœur d’une nuit de sound system endiablée. Une de plus.

DS51-10

La sono de Legal Shot sound system a fait vibrer le Trabendo jusqu’à 6 heures. Photo : Tom Tsoham.

Soirée parisienne oblige, le dancefloor est encore loin d’être plein vers minuit alors que la session a débuté depuis une petite heure déjà. Pourtant, le sound system Legal Shot envoie du lourd d’entrée. Dans le style qu’on leur connaît dans un premier temps : rub-a-dub ou early digital avec Tenor Saw, Nitty Gritty ou Shinehead qui s’enchaînent sur les platines.
Mais les Bretons varient leurs sélections en jouant aussi des prods de Jah Shaka ou de Junior Delgado. Le ton monte avec une grosse dubplate d’Al Campbell et l’un des tout premiers morceaux de Mungo’s Hi-Fi feat. Brother Culture.
Particulièrement fan du chanteur, le sound enchaîne avec deux morceaux de Johnny Osbourne dont une merveilleuse dubplate issue de son hit « Road Block » (écoutez cette dubplate ici). Sa version, bien folle aussi, sera d’ailleurs jouée plus tard dans la nuit pour un effet dansant garanti !

Mistah P de Early Days Records au contrôle.

Mistah P de Early Days Records au contrôle.

Une heure du matin, c’est l’heure de Mistah P du label Early Days Records qui prend la suite, mixant sur des platines CD. Le style de ses productions est assez proche de celui de Legal Shot avec pas mal de rub-a-dub et de bon dancehall (mais si ça existe!). L’homme joue pas mal de ses propres compositions à l’instar de son riddim « Crabe Dem » sur lequel se posent Johnny Osbourne, Murray Man ou Coco Tea.

Le selecta se permet aussi deux pull up successifs sur une tuerie d’Eek-A-Mouse appréciée visiblement du crew Legal Shot dont les membres sortent leurs briquets ou encore une combinaison improbable entre l’Américain Jamalski et le MC vétéran parisien Pupa Rico (écoutez ici). Au final, le set du producteur convainc par son dynamisme et la l’efficacité de ses riddims taillés pour danser en sound system.

Iration Steppas se réservant la fin de la session, c’est ensuite Legal Shot qui reprend le contrôle et maintient la pression avec ce terrible remix de « Burnin and lootin » des Wailers ou encore des anthems de YT ou de Daddy Freddy sur une rythmique ska.
Au micro, l’Espagnol Lasai, peu connu en France pour l’instant, s’en sort bien, alternant chant et passages toastés avec pas mal de facilité.

Le chanteur espagnol Lasai avec Legal Shot.

Le chanteur espagnol Lasai avec Legal Shot.

Son flow est tranchant et dynamite quelques versions, notamment celle qui suit le « Love we want » de King General sur Dawa Outernational alors que Iration Steppas et Dan Man se préparent à prendre la suite et se font un peu désirer.

« Iration joue comme à domicile »

Car ce n’est que vers 3h40 que les deux artistes prennent le contrôle. D’entrée de jeu, Mark Iration pose une dubplate roots où les basses sont surgonflées suivie d’une autre dubplate bien ruff où l’on retrouve encore une fois Johnny Osbourne. Mark rend aussi un hommage appuyé au chanteur jamaïcain Peter Broggs, décédé il y a deux mois, à travers le titre « Who say Jah is dead » revisité en stepper.

La pression acoustique augmente au fur et à mesure que les titres s’enchainent. Iration Steppas retourne la danse plusieurs fois grâce au « Blessings » d’Izyah Davis ou avec un morceau de Tena Stelin sur l’album  In the Dub Arena.
Les massives ont même droit à une version revisitée par les Burgiens de Brainless sound system de « Sun is shining » et c’est une véritable tuerie! (regardez ici) et pas mal d’autres prods françaises de Kanka ou Weeding Dub.

Les dubplates n’en finissent plus de pleuvoir avec Dan Man au micro, toujours au top sur une production signée OBF ! Avant la last tune tant attendue, les notes du « Cuss Cuss riddim » résonnent jusqu’à ce que la voix profonde et rocailleuse de Burro Banton ne vienne se poser dessus pour entonner le hit remixé « Take a Set ». Wicked !

Le dernier morceau de la soirée est totalement inédit, voir plutôt un test comme l’annonce Mark. Une tune que seul Iration est capable de sortir, à la basse terriblement lourde pour une danse typique warrior style! Nous ne sommes plus à Paris, mais à Leeds désormais, Iration joue comme à domicile et c’est encore en vain que les massives réclament du « rabe » à 6 heures du matin. Avec un Mark qui prend un malin plaisir à relancer les sirènes et demander au micro : « Can I play one more ? One small more ? ».

Reportage : Musical Echoes.
Textes : Emmanuel « Blender » et Robin M. / Photos : Tom « Tsoham ».
Plus de vidéos de la session par Sistamed ici.

Legal Shot a assuré avec leurs sélections lors de leurs deux passages.

Legal Shot a assuré à la sélection lors de ses deux passages.

 

Les Bretons sonorisaient le Trabendo avec deux murs de quatre scoops chacun.

Les Bretons sonorisaient le Trabendo avec deux murs de quatre scoops chacun.

 

Venus de Rennes, les membres de Legal Shot ont notamment "sélecté" quelques belles dubplates.

Venus de Rennes, les membres de Legal Shot ont notamment « sélecté » quelques belles dubplates.

 

Mistah P du label parisien, Early Days Records. Photo : Robin M.

Mistah P du label parisien, Early Days Records. Photo : Robin M.

 

Du monde entre les stacks pour une ambiance qui monte au cours de la nuit.

Encore du monde au Trabendo pour cette 51e édition et une ambiance qui monte au cours de la nuit.

 

Lasai bouillant au micro.

Lasai, bouillant au micro.

 

Venu de Leeds en Angleterre, Mark Iration était accompagné par son fidèle MC, Dan Man!

Venu de Leeds en Angleterre, Mark Iration était accompagné par son fidèle MC, Dan Man!

 

Mark Iration en plein choix de sélections pour la suite de son set.

Mark Iration en plein choix de sélections pour la suite de son set.

 

La complicité entre les deux Anglais est évidente.

La complicité entre les deux Anglais est évidente.

 

Original "Vangard of Dub" !

Original « Vangard of Dub » !

 

Mark Iration, toujours surmotivé, aura bien du mal à arrêter les platines...

Mark Iration, toujours surmotivé, aura bien du mal à arrêter ses platines…

 

Mark Iration, toujours bavard au micro, n'hésite pas à faire le MC lui-même.

Mark Iration, bavard au micro, n’hésite pas à faire le MC lui-même.

 

La platine vinyle a pas mal tourné cette nuit là, grâce à Legal Shot.

La platine vinyle a pas mal tourné cette nuit là, grâce à Legal Shot.