Alpha Steppa, Christine Omega, Kebra Ethiopia et I-Skankers sound system unissent les danseurs du Nantes Dub Club #20 !

Vendredi dernier pour le dernier Dub Club de la saison, l’association Get Up avait convié les Rennais International Skankers, « Doc Inity » de Kebra Ethiopia et le producteur anglais Alpha Steppa accompagné de sa tante Christine Woodbridge et de sa légendaire basse ! Résultat, trois identités sonores bien distinctes mais une session pleine de chaleur et d’unité qui a même accouché de quelques beaux moments de grâce… Récit.

La salle festive Nantes-Erdre bien remplie.

La salle festive Nantes-Erdre, pas sold out mais bien remplie.

Les sessions Dub Club commencent et finissent tôt ! Le warm up est en effet assuré dès 20h30 par les I-Skankers, venus de la ville voisine de Rennes avec leurs sound system de huit scoops disposés classiquement en deux murs de quatre.
Au menu, des hymnes roots sélectés par Lylloo ponctués de quelques versions au mélodica de Steppin Pablo ! Quel bonheur d’entendre du reggae seventies sur vinyle et sur un bon system ! Le « We want our Liberty » de Lenroy Swaby : par exemple, fait son petit effet ! La pression monte ainsi doucement et sûrement avec des tunes toutes plus mélodiques les unes que les autres.

Vers 22 heures, c’est au tour d’Alpha Steppa de prendre les commandes. En chaussettes et devant son ordinateur, sa sirène et ses bâtons d’encens, le jeune producteur doit encore composer avec une assistance un peu clairsemée qui n’est pas forcément au courant de ses compositions. A lui d’installer son ambiance et d’y embarquer les danseurs.

Trois cuts différents du « Violin Step » d’Ashanti Selah (le fils d’Aba Shanti-I) et de Ras Divarius plus tard, la danse est bien lancée. Ben Alpha vient alors de lui offrir une belle exclusivité : son propre remix du « Violin Step » à paraître prochainement sur son label, Steppas Records (écoutez ici) !

Les productions « orientalisantes » s’enchaînent ensuite, installant la session dans un état méditatif, mais loin d’être léthargique pour autant. Il suffit d’écouter « Rig Veda» ou sa raw version (écoutez ici) pour en avoir la preuve : le son profond et chaleureux est également bien rythmé et idéal pour skanker ! Tout à la fois très cérébral et très dansant, ce style de dub, emprunt de mystique est sans doute l’un des plus aboutis du moment.

« Magique ! Où peut-on assister à une scène pareille si ce n’est en sound system ? »

Il s’étoffe encore un peu plus quand Christine Omega rejoint son neveu au bout d’une demi-heure. La « special guest » de la soirée est « bien plus que ça » selon Alpha Steppa, « c’est surtout ma (sa) source d’inspiration première ». Après avoir joué sur un morceau, (« Blessed Ithiopia »), la bassiste quitte soudainement l’espace dédié aux artistes, passe les barrières et se retrouve à assurer ses lignes de basses au beau milieu des danseurs ! Conquis, ces derniers pensent sans doute que c’est l’affaire d’un ou deux morceaux. Elle y restera pourtant jusqu’à la fin du set. Impassible, stoïque, les yeux clos, cette légende du dub envoie sa basse surpuissante live and direct, en communiant avec l’audience qui l’entoure…. Magique ! Où peut-on assister à pareille scène si ce n’est en sound system ?

A la sélection, Ben Alpha assure : les titres du récent album de Dub Dynasty, Holy Cow, s’enchaînent de même que quelques tunes plus anciennes issues comme l’anthem « Black Rose », chanté par Ras Tinny, qui va bénéficier d’un pull’up très tardif ! Le public est en transe et la danse part dans tous les sens. Pas de doute, Alpha Steppa et Christine ont su imposer leur style et concluent leur session avec quatre tracks chantés par des femmes dont le terrible « Material Things » de Sis Jane Warriah ou le superbe « Oh Father » de Kiangana, morceau trituré au maximum par le producteur qui s’amuse à ajouter des grands coups d’échos et de delay sur la batterie !

Derrière c’est Doc Inity de Kebra Ethiopia sound qui prend le relais, non sans clamer son bonheur d’être de retour à Nantes après son passage au Dub Camp l’été dernier !
Venu de Sao Paulo au Brésil, le Sud-Africain doit se passer d’un de ses danseurs (retenu pour un problème de visa) qui devait initier les skankers aux pas de danse de l’Universty of Steppas. C’est donc le selecta en personne qui se rue au milieu de la foule pour esquisser des pas de danse à peine le premier vinyle posé sur la platine !

Doc Inity de Kebra Ethiopia est venue de très loin pour cette session : Sao Paulo au Brésil. Ce qui ne l'empêche de sélecter avec des vinyles !

Doc Inity de Kebra Ethiopia est venu de très loin pour cette session : Sao Paulo au Brésil. Ce qui ne l’empêche de sélecter avec des vinyles là où beaucoup auraient choisi la facilité des CD, l’ordinateur portable ou pire, la tablette…

La musique et les bénévoles de l’association Get Up se chargeront d’entretenir cette drôle de chorégraphie cent pour cent steppa ! Question musique, l’homme dispense une vraie leçon de roots music et enchaîne les anthems aussi cruciaux que classiques : « African Unite » de Marley, le splendide « Melt Away » de Max Romeo ou encore l’inoxydable « Rasta Buisiness » des Mighty Threes qui plonge de nombreux skankers dans l’hystérie.

« I-Skankers lâche les chevaux »

Mais Doc Inity a aussi ses propres productions plus modernes à l’instar de sa last tune : une dubplate monumentale de Talking Dog qui pourrait bien être sa première release (écoutez une autre version de cette tune ici). Sourire jusqu’aux oreilles, le selecta ne cache pas sa joie d’être là et va même jusqu’à inviter les gens à s’enlacer en plein de milieu de son set ! Une distribution de d’amour et de roots qui ne se refuse pas.

Vers 00h30, c’est au tour des I-Skankers de reprendre les commandes de leur system et ces derniers ne vont pas faire retomber l’ambiance! Loin de là même en passant par exemple l’hymne « Jah Jah a di best » sorti par Moa Anbessa et sa magnifique version aux cuivres (écoutez ici). Les productions maison se succèdent et Steppin Pablo et FatJiem, les deux MCs du crew, prennent souvent le micro sur les versions. Des dubplates méchantes de Paul Fox ou Dan I Locks font encore monter la pression et les Rennais lâchent désormais les chevaux en jouant des compositions de plus en plus warriors, mais toujours mélodieuses. Le contrôleur de décibels clignote et termine souvent dans le rouge sous l’œil inquiet de l’opérateur, qui baisse les niveaux aussitôt.

A 02h, c’est déjà l’heure du dub fi dub qui voit Alpha Steppa jouer le titre « Holy Cow » et sa version dub monstrueuse (voir ici) ! Kebra Ethiopia lui rétorque avec le superbe « Try so hard » de Bobby Melody. C’est le moment choisi par I-Skankers pour mettre tout le monde d’accord avec « Steppin’ Out » d’Ebony Rockers ! Une pre release anglaise de 1980 qui « tue » n’importe quelle production actuelle par sa rythmique stepper imparable (écoutez ici).

Les lumières se rallument déjà et Alpha Steppa de conclure avec « Footsteps » et « Footsteps dub », encore extraits du dernier album de Dub Dynasty, ainsi qu’avec ces quelques mots : « Guidance and protection. Love to another ! » Des termes certes maintes fois rabâchés dans le reggae, mais qui ont sonné très justes cette nuit-là, au terme d’une session chaleureuse, pleine d’unité et musicalement au top.

Reportage : Musical Echoes.
Textes : Emmanuel « Blender » / Photos et vidéo : Gwen & Magda.

 

Ben "Alpha Steppa" produit l'un des tout meilleur dub du moment sur son label Steppas Record.

Ben « Alpha Steppa » produit l’un des meilleurs dub du moment sur son label Steppas Records.

 

Doc Inity de Kebra Ethiopia Sound, concentré sur sa belle sélection très roots.

Doc Inity de Kebra Ethiopia Sound, concentré sur sa belle sélection roots.

 

13091643_1048901678532020_632280714_o

Le Sud-Africain n’a pas hésité à jouer beaucoup de classiques et quelques dubplates.

 

Venus de Rennes avec leur sound system, les International Skankers ont mis le feu avec leurs sélections affûtées.

Venus de Rennes avec leur sound system, les International Skankers ont mis le feu avec leurs sélections affûtées.

 

Lylloo au contrôle pour I-Skankers !

Lylloo au contrôle pour I-Skankers !

 

Alpha Steppa et Christine "Omega" à la basse, ont achevé les danseurs pendant le dub fi dub !

Alpha Steppa et Christine « Omega » à la basse, ont achevé les danseurs pendant le dub fi dub !

Regardez le dub fi dub entier de la session ici :