Paris Dub Session #8 : La leçon d’Aba Shanti-I sur le BoomBoom collective sound system !

Déjà la huitième édition samedi 30 avril pour la Paris Dub Session au Glazart. Toujours sonorisée par le Boomboom collective sound system, la danse accueillait l’un des maîtres du genre, le londonien Aba Shanti-I qui a fait durer le plaisir plus de deux heures et demi lors d’un set mémorable. Entre dubplates folles, versions 100% instrumentales et prêches rastafari au micro, la session d’Aba Shanti-I est plus qu’une invitation à la danse, c’est une leçon de sélection et de vibes. Rewind & come again !

Aba Shanti-I s'époumone au micro !

Aba Shanti-I s’époumone au micro !

Vers minuit, les premières sélections s’échappent du sound system du BoomBoom collective qui a réinvesti le Glazart. A l’extérieur de la salle, le truck system de Daddy Reggae est venu se garer là et sélecte des gros classiques roots à bonne puissance ! Ce qui ne manque pas d’attirer l’attention de quelques curieux et de la police qui somme plusieurs fois le soundman de couper le son !

Dans la salle, le son claque bien et les basses charnues se propagent parmi l’assistance qui commence à arriver. Le collectif BoomBoom installe tranquillement la session avec quelques classiques déjà bien énergiques. Imanytree est évidemment présent au micro, cette fois épaulé par Ras Mykha, venu la région nantaise pour l’occasion.

Initialement programmée à 2 heures, Aba Shanti ne prend le contrôle qu’un peu avant 3 heures, ce qui laisse le temps au BoomBoom d’accélérer la cadence et commencer à sortir quelques dubplates dangereuses. Ras Mykha se pose sur le célèbre riddim « Murderer » de Barrington Levy et entonne quelques uns de ses classiques comme « Dub Soldier » sorti par Mystical Records (écoutez ici) ou encore le « Him spread di vibes » produit par Patate Records…

Finalement Aba Shanti-I qui s’est bien fait désirer, s’installe bien derrière les platines pour inviter les massives à le suivre dans son « musical journey ». Le son prend d’emblée quelques décibels en plus et les fréquences aiguës se font désormais entendre plus nettement. UK style ! Ce qu’un sound system classique fait à quatre ou cinq, Aba Shanti le fait tout seul et souvent mieux : sélection, opération, chant, animation… C’est un véritable homme-orchestre du sound system selon le terme admiratif d’un membre du sound résident.

« The people of France, they come inna di dance »,

Musicalement, Aba prend le temps de mettre en place patiemment une ambiance particulière, une vibration bien à lui. Les premières sélections sont résolument roots à l’instar d’une merveille de Prince Jamo sur une rythmique de Keety Roots. Le selecta laisse systématiquement les versions et chante très souvent (et pas mal) dessus.

Aba à la sélection.

Aba à la sélection.

Une jolie exclusivité est lâchée vers 4 heures du matin, elle est l’œuvre de son fils, Ashanti Selah, suivie d’une version folle du saxophoniste israélien I-Jah Salomon. C’est que le Londonien raffole des cuivres et sélecte peu après un track cent pour cent instrumental de Patrixx Matics dont il livre plusieurs cuts différents.

La dernière production de Moa Anbessa feat. Prince David, « His foundation », (écoutez ici) ou une chanson magnifique de Sister Aïsha (« Oh Africa ») renforcent l’aspect mélodieux et conscient de la session qui prend néanmoins progressivement un tour plus warrior à mesure que la nuit passe.
« The people of France, they come inna di dance », entonne joyeusement Aba-Shanti avant de balancer trois remixs massifs sur le riddim de « Vibrate on » de Lee Perry et Augustus Pablo. Et le « Earth Rocker » de terminer sur des morceaux encore exclusivement instrumentaux, aussi mélodieux qu’énergiques !

« When music hits you, you feel no pain and no tiredness », ce sont presque les derniers mots du soundman et le sentiment général après cette claque musicale. C’est certain, les skankers veulent continuer à danser ! Il est désormais 5h30 passé et le BoomBoom collective envoie une roquette stepper made in Paris pour maintenir la pression. Mais c’est déjà bientôt l’heure de la last tune : un instrumental ravageur signé Nyabin sound system qui clôt une Dub Session dantesque et presque trop courte. Six heures de sélections à ce niveau-là, cela passe évidemment trop vite.

Reportage : Musical Echoes.
(Textes et enregistrement : Emmanuel « Blender » / Photos : Tom « Tsoham »).

Écoutez la fin de la session  d’Aba Shanti-I ici (68 minutes) :


 

Le sound system du BoomBoom collective a bien tenu le choc et résisté aux réglages parfois suraigus d'Aba Shanti-I. Ce dernier aurait effectué un contrôle méthodique de l'ensemble de l'installation lors du soundcheck.

Le sound system du BoomBoom collective a bien tenu le choc et résisté aux réglages parfois suraigus d’Aba Shanti-I. Ce dernier aurait effectué un contrôle méthodique de l’ensemble de l’installation lors du soundcheck.

 

Habitué des anciennes sessions Dub Con

Habitué des anciennes sessions Dub Confluences, Ras Mykha se fait désormais plus rare à Paris.

 

Alex, opérateur du BoomBoom, attentif devant la tower.

Alex, opérateur du BoomBoom, attentif devant la tower.

 

Olive à la sélection, Ras Mykha et Imanytree au chant pendant le court dub fi dub.

Olive à la sélection (à droite), Ras Mykha et Imanytree pendant le trop court dub fi dub.

 

Aba Shanti I a pris le contrôle peu avant 3 heures du matin...

Aba Shanti I a pris le contrôle peu avant 3 heures du matin…

 

BBC-7

Réglages sur la control tower.

 

Aba Shanti fait aussi le MC entre les morceaux et chante aussi de plus en plus souvent.

Aba Shanti fait aussi le MC entre les morceaux et chante aussi de plus en plus souvent.

Sélection uniquement sur CD où sont gravés les dubplates ou morceaux exclusifs...

Sélection uniquement sur CD où sont gravés les dubplates ou les morceaux pas encore sortis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soundman s'adresse très souvent au public.

Le soundman s’adresse souvent au public.

 

 

BBC-17

Inspiration

 

Aba Shanti va jouer jusqu'à 5 heures et demi du matin.

Aba Shanti a joué jusqu’à 5 heures et demi du matin.

 

BBC-20

Le stack du BoomBoom a bien restitué les sélections du « Earth Rocker » !