Chronique : « The Soul of Jamaica » de Inna de Yard

Lancé en 2004, le concept musical d’Inna de Yard renaît aujourd’hui avec un album « various artists » baptisé The Soul of Jamaica sorti le 10 mars sur Chapter Two Records. Au menu, treize douceurs acoustiques straight from Jamaica offertes par des anciens, mais aussi quelques jeunes chanteurs qui reprennent le flambeau d’un reggae authentique et poignant.

Inna de Yard est de retour!

Inna de Yard est de retour!

« Wisdom is free, knowledge and understanding too… Love is the key, love can open any door… » percent des choeurs souverains au milieu de la nuit de Kingston. Les voix sont soyeuses et douces comme du miel, la guitare acoustique soutenu par des percussions confère une ambiance des plus chaleureuse à l’ensemble. Ce sont bien les légendaires Viceroys qui ouvrent ce nouvel opus d’opus d’Inna de Yard, The Soul of Jamaica, sorti le 10 mars dernier sur le label Chapter Two.

Une release qui s’est faite attendre puisque la dernière production d’Inna de Yard datait de 2010 avec la sortie du CD/DVD Master of Reggae in acoustic, mais qui reprend les mêmes recettes des albums précédents : une musique épurée, acoustique et enregistrée « inna de yard », c’est à dire dehors et non en studio. A l’origine, c’était dans le jardin d’Earl « Chinna Smith » que les sessions se déroulaient, cette fois c’est dans les collines de Kingston, sans plus de précisions, que ce The Soul of Jamaica a été saisi, capté et parfois sublimé.

Quatre jours auraient suffi pour enregistrer ces treize titres dont certains sont à pleurer comme les deux reprises du vétéran Ken Boothe, au top de sa forme pour reprendre « Let the water run dry » avec les Viceroys (écoutez ici) et surtout son hit « Artibella » dont il livre une nouvelle version saisissante et d’une émotion rare, quarante-sept après la sortie du single…

« Percussions et trombone virtuose » 

Question émotion, voire frissons, le chant de l’inimitable Winston Mc Anuff se pose là avec son magnifique « Secret » qu’il délivre dans son style caractéristique, mélangeant puissance et fragilité à des choeurs féminins de plus bel effet. Son fils et frère du regretté Matthew, Kush Mc Anuff, signe lui aussi l’une des perles de l’album avec « Black to I Roots » (écoutez ici) avec des percussions en soutien et un trombone virtuose. Un titre percutant au message fort qui fait le trait d’union entre l’ancienne génération des chanteurs des Seventies et les jeunes d’aujourd’hui à l’instar de Var, Steve Newland et le rasta Derajah, qui trouve enfin le ton juste et réussit parfaitement à placer sa voix haute sur le superbe « Stone ».

De bon augure pour l’avenir du reggae en Jamaïque, même si il leur sera difficile d’égaler les elders, qui se montrent particulièrement en verve sur cet album, Lloyd Parks, Kiddus I ou l’inimitable Cedric Mython ont encore de beaux restes et beaucoup à apprendre à leurs successeurs.
Car plus qu’une musique et ses techniques, c’est un bien un état esprit, qui est mis en avant sur ce disque. Celui d’une communion où la ferveur musicale collective prend le pas sur les personnalités des différents artistes, à mille lieux des productions musicales actuelles. En ce sens, The Soul of Jamaica est une belle réussite : il fait renaître cette effervescence artistique qui a donné lieu aux plus belles chansons de reggae jamais produites. Elle sont le fruit d’artistes du ghetto qui n’avaient que les étoiles comme toit et qui n’ont jamais aussi bien chanté et joué qu’inna de yard, en improvisant. Leur talent immense et leur créativité compensant leur manque de moyens.

Emmanuel « Blender ». 

* The Soul of Jamaica d’Inna de Yard est sorti le 10 mars sur Chapter Two Records. 

Tracklisting : 

1. The Viceroys : Love Is The Key
2. Ken Boothe : Let The Water Run Dry
3. Lloyd Parks : Slaving (écoutez ici).
4. Kush McAnuff : Black To I Roots
5. Cedric ‘Congo’ Mython : Youth Man
6. Var : Crime
7. Kiddus I : Jah Power Jah Glory
8. Ken Boothe : Artibella
9. Steve Newline : Sign Of The Times
10. Winston McAnuff : Secret
11. Derajah : Stone
12. Lloyd Parks : Money For Jam
13. Bopee : Thanks And Praises.

Le top 3 tunes du chroniqueur : 

1- Ken Boothe : « Artibella »,
2- Winston McAnuff : « Secret »,
3- The Viceroys : « Love is the Key ».

Regardez les trois épisodes filmés de The Soul of Jamaica ici :

Part 1 : 


Part 2 :


Part 3 :