Chronique LP : « Amazonite » de Krak in Dub

Après plus de 60 projets vinyles et des centaines de concerts à travers le monde, le pionnier junglist, Krak in Dub sort enfin son premier album ce 10 novembre sur Universal Egg, le label de Zion Train. Notre chroniqueur Alex l’a écouté en boucle et vous décrypte cet opus aussi attendu que généreux… Are you ready

L’album Amazonite sort ce vendredi 10 novembre en CD, LP vinyle et numérique.

D’après une célèbre encyclopédie en ligne, les origines de la jungle se situent quelque part entre le reggae, le dancehall, le dub, le hip-hop. En regardant un peu plus loin, on voit que les dérivés de ce mouvement sont la drum and bass, le dubstep et le ragga jungle.

Prenons maintenant le cas d’Amazonite, le tout premier album de Krak in Dub. Retirez tantôt les rythmiques, tantôt les samples, mais gardez à chaque fois une bassline bien dub ou un MC talentueux. Imaginez un mélange entre le dub, les origines et les enfants de la jungle. Vous aurez l’esprit de cet album. Plutôt qu’un album qui raconte une histoire, Krak In Dub nous raconte sa propre histoire de la musique et elle est riche après près de 20 ans de carrière…

Cet album, dense, touffu et généreux (pas moins de 17 pistes) est une démonstration de force, à chaque fois à la frontière de ce que l’on définit généralement comme le dub. Le nombre impressionnant d’invités sur l’album participe également à ce brassage des genres. Du côté des MCs, nous retrouverons avec plaisir Demolition Man, le vétéran Jamalski en pleine forme, Echo Minott ou encore le désormais connu et reconnu vocaliste espagnol Sr. Wilson. Troy Berkley, collègue historique de KID, nous fait bien évidemment le plaisir d’apparaître sur deux pistes, dont « I & I & I » en feat. avec Eva Lazarus (jeune talent féminin anglais). Dubamix, saxophoniste parisien de talent, est même présent sur cette tune pour soutenir le duo au micro.

Le premier morceau introduit subtilement l’esprit du reste de l’album : « Some People » est plutôt reggae, avec quelques breaks jungle par-ci par-là. Le reste ne laisse place à aucune concession. Le meilleur exemple de mélange serait « Nu Specimen », qui reprend la base rythmique de « Young lover » de Coco Tea, avec un MC qui chante ou toaste à l’envi, entre le hip-hop, la jungle et le reggae.

« L’album oscille constamment entre 70 et 140 BPM » 

D’autres exemples ? « When Gunshot Burst » (réhaussé par Echo Minott) part dans un délire électro nerveux et tendu, entre dub et neurofunk. « Stop » mélange rythmiques ska et sons électros, « Step by Step » va chercher du côté du dancehall, avec un Sr. Wilson qui ne cesse de prouver son aisance vocale, avec KID comme avec O.B.F… « Seen Interlude », quant à elle, tire vers le dubstep. Si « Original Sample » est une track un brin rétro à l’époque du Jump up, elle reste terriblement efficace et stimulante.

En conclusion de cet album, le producteur nous offre trois versions massives du morceau « Amazonite ». Un certain Pupajim vient toaster avec brio sur un remix nommé « Iodine 53 ». La claque viendra probablement du remix de Zion Train, tellement puissant et bourré d’effets que rien d’autre qu’un sound system ne pourra rendre justice à la profondeur de ses basses : une last tune frénétique, un immanquable en session. La « last tune » de l’album, quant à elle, est un autre remix sound system de « Iodine 53 » : une nouvelle version de poids que les plus gros sounds pourraient jouer sans crainte.

Car oui, cet album a toutes les armes pour se défendre dans une grosse session futuriste (à l’image de l’artwork de l’opus) et ce, même s’il peut effrayer certains puristes dub en oscillant constamment entre 70 et 140 BPM. Car les moments de calme ne durent jamais longtemps sur Amazonite et l’électro brute et survitaminée n’est jamais bien loin. Mais finalement, c’est bien là l’esprit du dub qui est respecté. Avec sa musique de mélange, de remix et d’inspirations très variées, Krak in Dub nous fait la démonstration que tout est possible, et qu’il suffit d’oser. Lui ne s’en est pas privé et c’est tant mieux.

Alex P. 

Amazonite est sorti ce vendredi 10 novembre en LP vinyle, CD et digital sur Universal Egg. 

Tracklisting : 

1- Some people ft. Demolition Man
2- Amazonite
3- I & I & I ft. Eva Lazarus et Troy Berkley
4 – Stop ft. Jamalski
5- When gunshot burst ft.Echo Minott
6- Launch is global
7- Step by Step ft. Sr. Wilson
8- Seen Interlude
9- S=K Log
10- Don’t feel no Way ft. Demolition Man
11- Original sample
12- Nu Specimen ft. Troy Berkley
13- Who runs science
14- Some people Jungle Dub
15- Iodine 53 ft. Pupajim
16- Amazonite Zion Train remix
17- Amazonite sound system version.

Le top 3 tunes du chroniqueur :

1- Amazonite Zion Train remix,
2- Original Sample,
3- Nu specimen ft. Troy Berkley.

Écoutez ici 4 morceaux complets de l’album, contenus dans l’EP Amazonite

Écoutez ici de nombreux titres du catalogue ancien de Krak in Dub :