Paris Dub Station #60 : Les Écossais de Mungo’s Hi-Fi sound system au top de leur forme !

Retour sur la Dub Station du 9 décembre au Trabendo, la dernière de l’année civile qui accueillait Mungo’s Hi Fi sound system accompagnés de YT et Tom Spirals, avec Spirit of Umoja et I Derrick, en première partie !

Tom Spirals et YT se sont relayés au micro pour accompagner Mungo’s.

Pour cette 60e édition (déjà!), on entre dans un Trabendo dont la disposition a été légèrement modifiée : la control tower ne se trouve plus à l’endroit réservé aux ingés sons mais à un emplacement plus central, ce qui la rend la danse plus conviviale. Si le positionnement des deux stacks nous a laissé dubitatif à notre arrivée, il faut bien reconnaître qu’en pratique, le son sonne très bien où que l’on soit dans la salle.

À 1h, c’est déjà la deuxième heure de Spirit of Umoja & I Derrick, qui joueront jusqu’à 2 heures, soit finalement plus que pour un warm up classique. Malgré plusieurs bons moments, on peut regretter les quelques problèmes techniques et du gros stepper peut-être lâché un peu tôt dans la soirée. Le public semble cependant conquis alors que la fin approche, et les Écossais peuvent commencer leurs 4 heures de mix face à une foule déjà compacte et dansante.

Les deux membres de Mungo’s Hi-Fi présents enchaînent donc à partir de 2h, avec une très bonne sélection de new roots qui évolue progressivement vers le digital, avec de nombreux classiques au fur et à mesure. Une progressivité très appréciable et l’on a très souvent l’impression que le morceau suivant est parfaitement celui qu’il fallait.

« Un sound qui ne se contente pas de sélecter » 

Contrairement à quasiment tous les autres sound systems ayant une telle notoriété, Mungo’s Hifi mixe le dub, et ne se « contente » pas de sélecteur. Bien que la selecta classique soit tout aussi pertinente, et fasse partie des traditions ancrées dans le dub, le fait de voir le reggae et les musiques qui en dérivent mixés apporte un grand bol d’air frais et d’énergie, pour peu qu’on ne crie pas au scandale en voyant les CDJ et Serato remplacer la caisse de 7 pouces. Ou en tout cas, la compléter car ils mixent aussi directement heureusement sur de vraies platines.


L’énergie ressentie n’est cependant pas seulement le fait des deux DJs écossais, mais également de leurs MCs. YT s’avère aussi bon qu’à son habitude, et Tom Spirals, découverte de la soirée, avec un flow plus rappé parfaitement complémentaire à celui de YT, se montre aussi à son avantage.

Mungo’s Hifi ne se pose aucune limite question style, et après le roots et le digital, poursuit avec des sons aux inspirations parfois trap et dancehall pour finir la nuit avec une heure de mix entre stepper, grime et dubstep pour le grand bonheur des amateurs de bass music, toute en gardant la base bien présente : la sacro sainte influence reggae ! Cette dernière heure permet ainsi d’entendre les dernières sorties du label Scotch Bonnet, telles que « Like a Nuclear Bomb » ou « Rules of the dance » (JD remix), mais aussi celles à venir ainsi que des classiques comme « Jah Way » de RSD.

La session s’achève trop vite par les classiques « High Grade » et « Did you really know ». Ces 4 heures de Mungo’s Hifi pouvaient être à la fois l’introduction parfaite au dub sous toutes ses formes modernes pour le néophyte tout en restant appréciable pour les puristes. Les Glasgoviens (oui les habitants de Glasgow !) ont livré l’une des meilleures sessions dub de l’année à Paris musicalement parlant, et démontrent par là-même que cette musique peut être tout aussi bonne lorsqu’elle s’affranchit de ses traditions tout en les respectant. Une vraie leçon en somme.

Reportage : Jules B. (avec V.B.) / Photos et vidéo : Meloman Akram.