Chronique LP : « The Skankin’ Cat » de Mahom

Deux ans après son deuxième album, Mahom nous présente sa dernière release sur ODG prod : « The Skankin’ Cat » : 15 tracks, dont 3 remixs signés Panda Dub, Fabasstone et Gary Wilde ! Comme sur les productions du Panda sur le même netlabel, on reconnaît vite la  patte artisanale d’un style entêtant et efficace en soirée, mais qui manque parfois de profondeur et de recherche dans les compositions. Si le dub français 2.0 a donc bien trouvé son identité, il lui faut maintenant aussi se renouveler. Doit-on compter sur le dernier album de Mahom pour ce faire? Réponse avec la chronique détaillée d’Alex. 

L'album est sorti le 8 octobre en libre téléchargement sur OGD prod.

L’album est sorti le 8 octobre en libre téléchargement sur OGD prod.

L’album commence avec « Don’t say you have never been told », avec Jolly Joseph. Cette track fait clairement office d’OVNI dans cet album particulièrement musclé : c’est le morceau soulful, vraiment inspiré et efficace. Les notes de mélodica se couplent parfaitement au chant et aux sons à consonance africaines. On peut l’écouter à plusieurs reprises de suite, sans s’en lasser, en cherchant de nouvelles lectures. Cette track nous laisse rêveur et on aurait pu s’attendre à une montée en puissance de l’album beaucoup plus progressive.

« Cerbere 2.0 » reprend derrière, avec une sirène apocalyptique. Si ce morceau reste « progressif », bien que commençant très haut, on sent dès le début qu’il tend vers davantage de brutalité. Le contraste avec la précédente track est presque choquant, on aurait sans doute apprécié une transition plus soft. 

Les morceaux suivants sont exactement le reflet de ce que nous disions plus haut : « Inna di red », « Bigvoods » et « Earth », sont des tracks à tendance «heavyweight », mais finalement consensuelles. Ces morceaux font un peu office de « ventre mou » de l’album. Si elles sont amusantes à écouter une fois, elles ne marquent cependant pas les esprits. Les changements de rythme y sont trop brutaux et ces tunes souffrent d’un petit problème de mastering, forçant l’oreille aguerrie à effectuer ses propres réglages… A noter également que ces morceaux stepper tournent en 8 temps, et non en 16, ce qui peut amener une certaine lassitude à la longue. Même constat pour « Rough and tough » venant un peu plus loin.

On passe vite à autre chose avec les surprenantes « l’Etrange skank » annonçant « de Monsieur Jack ». Au-delà du côté décalé de la track, nous retiendrons particulièrement l’arrivée efficace et inattendue des basses, avec des coups de tocsin qui rajoutent à l’ambiance « gloomy » du morceau. Au menu : skanks et rire diaboliques. Un régal !

« Des basses appuyées par des kicks pour un effet dévastateur garanti! »

Mahom, c’est également des tunes chantées comme « Trickin upon da track » feat. Simple Spelim! Une autre belle surprise de l’album, où la voix portée par la musique, se fond tout à fait dans le morceau et est un vrai complément du riddim, très bien orchestré.

« Sous les étoiles » est une chanson pleine de promesses, convaincante, du moins à ses débuts. Mais la transition vers une partie plus « hardcore » peu après la deuxième minute d’écoute manque de subtilité. Derrière en revanche, « The skankin cat » et « Deep in yours » cartonnent! Et la dernière citée nous rappelle le style bien brutal propre à O.B.F. : des skanks tranchants, des basses appuyées par des kicks pour un effet dévastateur garanti !

Les remixs viennent enrichir le tout, avec les sons pachydermiques de Fabasstone (auxquels il nous a habitué avec les autres Dub Invaders) et le style, plutôt étonnant pour le coup, de Panda Dub, résolument tourné vers un heavyweight très électro. La track de Gary Wilde est aussi vraiment intéressante, s’aventurant sur les terrains jusqu’alors inexplorés du dubstep ou plus largement de la bass music.

Malgré quelques lourdeurs, The Skankin’ Cat s’avère plutôt enthousiasmant et marque encore une progression pour le crew. Le projet de Mahom est porté par des activistes convaincus et mérite largement d’être vu en session. Leur troisième album plaira, sans aucun doute au néophyte qui cherche à découvrir le dub/stepper comme à l’auditeur aguerri qui y trouvera quelques perles pour compléter sa discothèque.

Alex (W.A.I.) pour Musical Echoes. 

Le top 3 tunes du chroniqueur :

1- « Don’t say you have never been told »
2- « The Skankin’ Cat »
3 – « … de Monsieur Jack ».

Le top 3 tunes de Samuel Bagla :

1- « L’étrange skank… »
2- « Tricking upon di tracks »
3- « Bigvoods ».

Tracklisting : 

1- « Don’t say you have never been told » feat.Jolly Joseph
2- « Cerbere 2.0 »
3- « Inna di Red »
4- « Bigvoods »
5- « Earth », feat. Art-X
6- « L’étrange skank… »
7- « …De Monsieur Jack »
8-  « Rough and tough »
9- « Trickin upon di track » feat. Simple Spelim
10- « Sous les étoiles » feat. Flo
11- « The Skankin’ Cat »
12- « Deep in your »
13-  « Bigvoods », Fabasstone – Dub Invaders remix
14-  « Trickin upon di Track » – Panda Dub remix
15-  « The Skankin’ Cat » – Gary Wilde remix.

Téléchargez « The Skankin’ Cat » ici : http://odgprod.com/fr/2014/10/mahom-skankin-cat/

Ecoutez les tracks de l’album aussi ici : 

(Re)lisez la chronique de l’avant dernier album de Mahom (Dub by Sub) ici : http://musicalechoes.fr/2012/10/chronique-dub-by-sub-de-mahom/