Chronique EP : « Birth » de Switchy Dub

Un nouveau-né débarque sur la planète dub made in France. Switchy Dub, artiste parisien bercé au dub et à des styles plus électroniques vient nous proposer son univers « hard dub » qui mélange des influences allant de Brain Damage à Infrabass ou de Zenzile à Spiral Tribe… Après un passage au Glazart en septembre, à l’occasion de la Paris Summer Dub Session #2, il continue de défendre la sortie de son premier EP justement appelé Birth.

L'opus Birth de Switchy Dub!

L’opus Birth de Switchy Dub!

Le morceau « Outland » ouvre le bal sur une structure originale, stepper certes, mais le déplacement du skank entre les différents temps, appuyé par une ligne mélodique acide et mélancolique donnent un avant-goût d’un dub basé essentiellement sur le rôle des effets et au tempo élevé, avoisinant les 150 bpm sur chaque morceau.

« Sound systems et rave parties ont une matrice commune »

Amorce puis sirène, suivi d’un sample français de western, « Destruction Derby »(titre inspiré d’un jeu vidéo sorti au milieu des années 90) prend la relève comme une marche effrénée en avant, préparant le terrain pour « Bombaka », titre qui emprunte des sonorités du côté de la hardtek, l’aspect dub servant à calmer le rythme frénétique. « Don’t break the earth » propose un titre clairement engagé, donnant une vision cynique soutenue par un sample percutant.
L’EP se termine avec « Origin », faisant un vibrant et bienvenu hommage à la culture rastafarienne!

Pour ce premier EP, Switchy Dub prouve que les sound systems et les raves parties ont une matrice commune. Se situant sur cette brèche, il compose un style hybride bien à lui où l’équilibre fragile est accentué par des contre-pieds qui relancent l’attention et vise l’efficacité pour des sessions dancefloors qui feront le plaisir des jumpers !

Samuel Bagla.

Tracklisting :

1-Outland
2-Destruction Derby
3-Bombaka
4-Don’t break the earth
5-Origin.

Le coup de ♥ du chroniqueur : « Destruction Derby ».

Ecoutez Birth ici :