International Dub Gathering : la légende Sir Coxsone Outernational pour la première fois en France depuis trente ans !

Histoire de bien commencer l’année 2016, « Musical Echoes » s’est rendu à Villefranche-sur-Saône (69) pour assister à une session unique en France avec la venue rarissime de la légende sound system UK, Sir Coxsone Outernational avec Festus et Lloyd Coxsone !
À leurs côtés, Green Light Sound feat. Speng Bond, Amahoro sound system feat. Bosma et Morgan I-B, le tout sur la sono à lampes des Red Rockers. Un événement qui faisait office de Launch Party française du nouveau festival de sound systems, International Dub Gathering qui aura lieu les 25, 26 et 27 mars à Barcelone. Récit au cœur du caveau Jacques Higelin comme si vous y étiez !

Sir Coxsone Outernational, l'un des plus anciens sound systems anglais encore en activité.

Sir Coxsone Outernational, l’un des plus anciens sound systems anglais encore en activité.

DSC_3334l

Speng Bond au micro.

Pour commencer, c’est le crew Amahoro Sound qui lance les hostilités avec des dubplates inna digital style ! Il est accompagné par la jeune chanteuse Morgan I-B et Bosna qui posent à tour de rôle pour délivrer une belle prestation au public.

L’ambiance monte d’un cran lorsque Speng Bond décide de prendre le micro ! L’homme, qui enchaîne les collaborations notamment sur le label Scotch Bonnet Records ou Jahtari, n’en est pas à ses débuts. En effet, cet Anglais est déjà un vétéran de la première heure où il a débuté en 1974 avec son sound system Black Ambassador. Avec sa voix grave et son flow percutant, il rythme la soirée avec talent !

Puis c’est au tour des Red Rockers de prendre le relais avec Daddy Rudie à la sélection et Ranking Dixi au micro. La sélection est propre avec un Ranking Dixi qui gère le show et MC Akro parfois à ses côtés pour des passages très remarqués tout au long de la soirée !

L'Espagnol Green Light.

L’Espagnol Daddy Sevi aka Green Light Sound.

Il est 23h quand Green Light Sound rentre en scène. L’Espagnol, également connu pour la scène Dub Academy du festival Rototom Sunsplash et organisateur de l’International Dub Gathering, fin mars à Barcelone, a concocté un set quasi-exclusif. Ses productions sont soignées, maîtrisées, dans un style très rub-a-dub/digital et on prend plaisir à écouter des classiques revisités de Eek-A-Mouse ou Little Kirk par exemple. Et quand il enchaîne le « Free Mandela » de Yami Bolo, anthem de 1986, suivi d’une folle dubplate du « Mandela » d’OBF, c’est la folie !

« Une pile de 10 pouces soigneusement préparés par Sir Coxsone »

D’autant plus que derrière le micro, le show est assuré par un Speng Bond décidément en très grande forme et un Macky Banton posant au milieu du public ! Présent à la dernière Lyon Dub Station (voir report ici), Isiah Mentor aka Lilly Melody vient chanter le temps d’un morceau. Le set de Green Light se rallongeant, Festus Coxsone sort de nulle part pour prendre le contrôle de la table de mixage sur un flow endiablé de Speng Bond !

DSC_3607l

De gauche à droite : Rascat opérateur des Red Rockers, Festus et Lloyd Coxsone.


Ce n’est que vers 1h que le grand Sir Coxsone Outernational s’installe derrière les platines. Cela faisait depuis plus de trente ans qu’ils n’avaient pas mis les pieds en France, depuis que le crew avait animé deux soirées consécutives à Paris au Palace. Pour beaucoup de personnes présentes dans la salle ce soir là, c’était donc une occasion unique de le voir jouer ! Lloydie « Coxsone »  Blackfoard est devenu célèbre pour ses sessions enflammées au cours des années 70 et également pour ses productions avec les plus grands tels que Junior Reid, Sizzla, Buju Banton, Johnny Clarke, Max Roméo, I-Roy, Nitty Gritty…

Une pile de 10 pouces soigneusement préparés et c’est parti pour un voyage rub-a-dub seventies. Coxsone style ! Un énorme Burning Spear, suivi du classique « Kingdom rise, kingdom fall » des Wailing Souls pour commencer en douceur. Les vinyles craquent, sautent, mais rien d’étonnant après plus de quarante ans à être joués en session, sans compter tous les pull-up ! Même l’opérateur des Red Rockers pense à un mauvais réglage de la sono sur une dubplate du titre « Jahova » de Matic 16 feat. Levy Roots ! Mais qu’importe, la sélection est tout simplement terrible !

« Coxsone joue ensuite un morceau de I-Roy qu’il présente comme son premier special, enregistré en 1968 ! »

On ne compte même plus les pull-up à la demande d’un public qui joue le jeu ! Coxsone relance jusqu’à trois fois certaines spéciales comme celle d’un Junior Reid adolescent qui retourne la salle !

Sir Lyod Coxsone at the control. Une première depuis deux dates à Paris il y a trente ans...

Sir Lyod Coxsone at the control. Une première depuis deux dates à Paris il y a trente ans…

Les morceaux exclusifs s’enchaînent avec le « Natural Mystic » de Bob Marley (pourtant, Marley n’aurait jamais fait de spéciales au cours de sa carrière NDLR) ou une exclu du big « Melt Away » de Max Romeo ainsi qu’un terrible Bunny Wailer, « Ram Dancehall »!
Speng Bond assure à merveille sur les versions, la vibe est aussi bonne du côté des artistes que du public.
Autre anthem joué, Johnny Clarke et son mythique « Crazy Baldhead » qui fait toujours autant plaisir. Ou encore cette big tune de Sizzla « Good Ways » à ses débuts avec un flow et une voix qui n’ont rien à voir avec ses prestations actuelles sur scène. Coxsone joue ensuite un morceau de I-Roy qu’il présente comme son premier special, enregistré en 1968 !  Il continue à retourner la danse avec une dubplate de Ken Boothe « Moving away » ainsi qu’un renversant Toots Hibbert sur le Bam Bam riddim.

Après un titre magnifique des Twinkle Brothers, Lloyd Coxsone surprend en passant un futur titre de Barry Isaacs sur le label Reggae On Top qui sonne très roots UK stepper pour finir avec quelques perles comme un autre Burning Spear.

DSC_3743l

Sir Llyod Coxsone, une légende du sound system !

Mais son acolyte, Festus Coxsone, n’est pas tellement pressé de partir et rattrape le temps perdu en prolongeant le plaisir un titre splendide de Ken Boothe, l’indémodable « Armagedon » de Willie Williams et une énorme combinaison entre Dennis Brown et Frankie Paul ! Il passe aussi un Buju Banton, « World is in Trouble », qu’il annonce comme une prochaine sortie et pour finir, un autre morceau de Frankie Paul.

Afin de terminer la soirée en beauté, Lloyd Coxsone nous gratifie d’un discours dans lequel il affiche son soutien à la France en ces temps troublés et confie tout le  plaisir qu’il a eu à jouer ici ce soir.

En plus des innombrables specials, la complicité manifeste entre les artistes, mais aussi entre les sounds et le public, ont fait de cette soirée, une session unique et mémorable!

Reportage : « Musical Echoes » (Textes : Robin M. / Photos : Lucos Photography).

L'affiche de la session !

L’affiche de la session !

 

DSC_3032l

Daddy Rudie au contrôle et Ranking Dixie au micro.

 

MC Akro.

MC Akro.

 

Mackie Banton, toujours aussi affûté au micro.

Macky Banton, toujours aussi affûté au micro.

 

Festus Coxsone anime la session du sound britannique.

Festus Coxsone anime la session du sound britannique.

 

Tous les artistes présents ce soir-là pour la Launch Party du festival barcelonais, International Dub Gathering.

Tous les artistes présents ce soir-là pour la Launch Party du festival barcelonais, International Dub Gathering.

 

Toutes les infos sur le festival International Dub Gathering à Barcelone, en Espagne ici :
http://www.internationaldubgathering.com/