Chronique LP : « Pharaoh » d’Ackboo

Plus la peine de présenter Ackboo en 2018. Le dubber toulousain vient de sortir son troisième album en LP vinyle et numérique. Un disque plus personnel que les précédents et autoproduit à cent pour cent.

Petit scarabée deviendra grand, et peut-être pharaon ?

Depuis son deuxième album, l’artiste est devenu, par sa présence médiatique et par l’efficacité et l’accessibilité de ses tunes, un incontournable des gros festivals de fin d’année et un producteur qui compte dans le paysage reggae/dub français.

Parce que la grande force d’Ackboo est de savoir populariser un style confidentiel comme le dub. Sa présence sur des événements généralistes doit attirer les curieux et les amateurs de bonnes basses en plus de son public… Pour mieux les prendre dans les filets du dub ! Pharaoh, son troisième album remplit totalement ce rôle : une machine à danser, d’approche facile et mêlant avec simplicité les différents styles à la mode aux « poncifs » du dub.

Pas de prise de risque donc, mais plutôt une prise de position. Le côté presque pop (ou « easy listening ») assumé et rafraîchissant de « Slowly » ou de « First Sight » confirme cette impression de vouloir avant tout « faire connaître ». Si Ackboo cède parfois à la facilité, sa musique n’a rien de mièvre pour autant, comme certaines autres, vendues à la pop et au mainstream (non, je n’ai pas cité Danakil !).

« Zone de confort » 

De fait, l’album fait, pour l’auditeur aguerri, du bien. On reste dans sa zone de confort, on se rappelle avec émotion de ses premiers gros riddims avec le joli « From All Men Apart », comme un souvenir de ce qui nous a fait mettre le pied dedans. Le chant puissant et conscious de Ras Hassen Ti se pose à merveille sur une rythmique facile, mais impeccablement arrangée.

Ackboo est un producteur spécialiste du live machine, et suite à cette nouvelle release, il devrait ne pas tarder à le prouver. Difficile en effet d’imaginer un plateau aussi important en concert, puisque ce ne sont pas moins de 9 vocalistes qui sont invités sur les 12 pistes de l’album. On regrettera l’inégalité des interventions, comme celle d’un Sr Wilson peu convaincant qui ne prend la mesure de la grosse rythmique bâtie pour lui ou encore, celle d’un Ras Mykha qui pousse trop pour être honnête. À contrario, l’espagnol Lasai régale sur un gros riddim dancehall assumé qui flirte avec le hip hop. Quelle aisance vocale !

L’impression d’ensemble reste positive, pour un album qui va assurément faire danser cet été. En marge de la « course à l’armement » des gros producteurs dub, Ackboo continue de tracer son propre sillon. Et si la plupart des rythmiques restent dans son style caractéristique, l’ouverture musicale à d’autres genres sur quelques morceaux est tout à fait bienvenue.

Alex P. 

* Pharaoh est sorti vendredi 15 juin 2018 en LP vinyle et numérique sur Tanta Records. 

►  5 exemplaires CD de l’album à gagner en partageant cette chronique sur facebook et en envoyant un simple mail ici : musicalechoes@gmail.com. 

Tracklisting :

Side A : 

1- Youth Nation ft. Marcus Gad

2- Goodness ft. Sr Wilson

3- Give Me A Hand ft. Dapatch

4- Pharaoh

5- Youthman ft. Malone Rootikal

6- Me nuh loaf ft. Lasai

Side B : 

7- Slowly ft. Dan I Locks

8- From All Men Apart ft. Ras Hassen Ti

9- First Sight ft. Pauline Diamond & Green Cross

10- Ruff Road ft. Ras Mykha

11- Youth Dub

12- Dubness.

Le top 3 tunes du chroniqueur : 

1- Pharaoh
2- Me Nuh Loaf ft. Lasai
3- From All Men Apart ft. Ras Hassen Ti.

Le top 3 tunes d’Emmanuel « Blender » : 

1- From All Men Apart ft. Ras Hassen Ti
2- Me Nuh Loaf ft. Lasai
3- First Sight ft. Pauline Diamond & Green Cross.


Découvrez le titre « From All Men Apart » ft. Ras Hassen Ti ici :