Chronique LP : « The Rootstepa » de Radikal Guru

Si toi aussi tu as plus de dix ans de dub dans les pattes, tu es forcément attentif à cette nouvelle et tout ce qu’elle implique. Toi, le jeune dubhead, reste assis et lis papy. The Rootstepa du producteur polonais Radikal Guru est enfin édité en (double) vinyle ce vendredi 8 juin, soit sept ans après sa première sortie !


Ce n’est ni vraiment une réédition, ni vraiment une nouvelle release. C’est juste un disque qui sort en galette après coup. Sans doute parce qu’en 2011, le label Moonshine Recordings n’avait pas les moyens de le faire. Le pari économique était-il trop osé compte tenu du statut relativement anonyme du Guru sur la scène européenne à l’époque ?

Si ceux qui ont déjà l’album en CD ou numérique, seront partagés quant à l’achat du vinyle (23 € quand même), un collectionneur voudra sûrement cette belle pièce dans sa collection même si ces tunes sont largement connues et il n’y ici aucun bonus track.

Et qui dit relance de l’album dit nouvelle tournée ?  À l’époque,  Radikal Guru devait assurer les premières parties de Kanka pour venir jouer en France. Puis des « superstars » du dub européen se sont succédé et la scène sound system a continué d’exploser alors que le Polonais est devenu une tête d’affiche reconnue et respectée en dépit d’un dernier opus particulièrement convenu. 

« Madeleine de Proust, passion vintage ou réel intérêt ? »

Et ce Rootstepa après tout ce temps ? Madeleine de Proust, passion vintage ou réel intérêt ?
Dur à dire, mais en tout cas l’album donne l’impression de ne pas avoir vieilli. Le mélange entre dub et dubstep est vraiment bien dosé, chaque tune fait figure d’anthem track, avec une mention spéciale pour la première, « Dread Commandments » qui avait clairement allumé le feu un sacré paquet de fois.

Le producteur cherche surtout à percuter avec ses basses aux attaques franches et ses wobbles nappés. Il faudrait  parfois imaginer Zion Train sous stéroïdes (« Tundra Dub »), un Fedayi Pacha affamé de dubstep (« Ethnic ») ou encore un producteur dubstep conscient et respectueux de ses racines (« The Rootstepa »). Des tunes sans concession, finement ciselées et agencées, des machines d’une efficacité redoutable prêtes à tout retourner.

Les rythmes sont cycliques mais les samples sont assez justement dosés pour éviter l’ennui. L’intervention ponctuelle de vocalistes, tels que Brother Culture sur la diabolique « Fire » ou la voix plus doucereuse de l’Irandais Ciann Finn (qui chante sur « Babylon Sky » et « This Applies ») viennent une nouvelle fois booster l’ensemble. En espagnol, le chant « yaourt » et forcé de Monkey Jhayam convainc beaucoup moins malgré une rythmique dynamique et sautillante pour l’accompagner.
Seule fausse note d’un album qui s’écoute d’une traite avec grand plaisir, et sans lassitude.

Heureux de revoir le Guru polonais dans les bacs ? Définitivement oui, le tranchant de ses tunes et sa maîtrise technique nous manquaient. Faut-il aller le voir en live si on ne le connaît pas ? Oui pour les mêmes raisons.

Alex P.

*The Rootstepa sort en 2xLP vinyle vendredi 8 juin sur Moonshine Recordings

Tracklisting : 

A1- Dread Commandments
A2- Fire ft MC Brother Culture
A3- King Kong

B1- Wisdom Dub
B2- Babylon Sky ft Cian Finn
B3- The Rootstepa

C1- Eu Ja Ihe Disse ft Monkey Jhayam
C2-Tundra Dub
C3- Kali

D1- Ethnic
D2- This Applies ft Cian Finn
D3- Conquering Dub.

Le top 3 tunes du chroniqueur :

1- Fire

2- Babylon Sky

3- Tundra Dub.

Écoutez The Roootstepa ici :