Une armée de chanteurs et 2000 danseurs réunis pour souffler les quarante bougies de Channel One à Londres !

L’un des tout meilleurs sound systems reggae fêtait ses 40 ans d’activité musicale à Brixton, le quartier jamaïcain de Londres. Accompagné d’une pléiade de vocalistes, Channel One entendait démontrer cette nuit-là qu’il restait au top. On y était et on vous raconte cette session et son riche menu d’anniversaire. 

L’Electric Brixton se situe au cœur du quartier du même nom, au sud de Londres. Crédit photo : T.P.

Le 8 février dernier, Channel One Sound System organisait son anniversaire à l’Electric Brixton. À cette occasion, ce théâtre, situé au sud de Londres, dans le cœur du quartier jamaïcain, avait troqué son décor bleu et or contre les parures de Son Impériale Majesté, Haïlé Sélassié Premier.

Une fois les contrôles à l’entrée passés (et les Anglais ne rigolent pas à ce sujet), à l’intérieur du théâtre, on arrivait, dans la salle du dancing. A gauche, on trouvait le stand des produits souvenirs éthiopiens dont quelques vestes ultra-sympas, les CDs des précédentes sessions et des goodies. Face à l’entrée, étaient disposés, de part et d’autres de la scène,  de grands drapeaux jamaïcains qui, sous l’égide de Marcus Garvey et de Ras Tafari, allaient accueillir quelques-unes des plus belles voix anglaises de la scène reggae actuelle. Les trois stacks, disposés en triangle étaient, pour cette occasion, décorés de ballons vert-jaune-rouge et ornementés de bannières rappelant qu’il s’agissait d’une fête d’anniversaire.

2000 personnes environ s’étaient donné rendez-vous pour fêter les 40 ans du Channel One sound system. Sur les trois niveaux de ce théâtre, il y avait tellement de monde que si vous souhaitiez vous rendre aux toilettes, il fallait s’armer de patience pour traverser la foule. Si vous aviez envie de prendre l’air, sur la terrasse bondée au 3ème étage, vous pouviez entendre de nombreuses langues européennes (tchèque, polonais, allemand, italien…), preuve que les fans de Channel One ne sont pas que des sujets de sa majesté.

Mickey Dread, 40 ans de sélections au top ! Crédit : Channel One.

C’était comme si tous les chemins de l’Europe du reggae convergeaient ce soir-là, à l’Electric Brixton et, quand on regarde le menu annoncé, on comprend aisément pourquoi.

Dès l’ouverture des portes, de nombreux spectateurs étaient déjà présents aux premières notes des vinyles joués par Mickey Dread. C’est au trio composé de Natty Campbell, Ramon Judah et Robert Dallas à qui l’on doit l’honneur d’avoir chauffer les amplis de la sono ocre du Channel One sur le titre « Tradition Man » du dernier cité.

Puis, vint le tour de Sista Aisha d’assurer le premier show de la soirée ; performance dans laquelle elle excella. Par sa présence, sa gestuelle warrior et sa voix suave, elle reprit quelques anthems de Channel One tels que « Jahoviah » des Twinkle Brothers ou bien encore quelques-unes de ses productions, comme « Wait A Minute » qui, backée par le si délicat Mikey Dread, allait offrir à ce morceau toute sa dimension.

Après sa prestation anthologique, Donovan Kingjay et Brother Culture se partagèrent le micro pour déverser des flows énergiques pendant plus d’une demi-heure avant que Vivian Jones, dans son flegme légendaire, ne nous interprète quelques-uns de ses titres savoureux lors du second show (« Truly », « Fire », « Ethiopians Kings », « Carry On », « Red Eyes… »).

«  La célébration de nos différences » 

Earl Sixteen et Afrikan Simba revisitèrent ensemble The Promised Land accompagnés par Matic Horns. C’est d’ailleurs sur les notes de son trombone que le gâteau fut apporté par la productrice du groupe, à qui l’on doit l’organisation parfaite de cette soirée. Mikey Dread et Ras Kayleb, visiblement émus, nous rappelèrent que la fête allait se poursuivre lors des prochains rendez-vous (New York City, Mexico City) et nous invitèrent à profiter de chaque petit instant car le temps passe très vite («  rememba dat »  prononça avec insistance Ras Kayleb).

Enfin, c’est sur la merveilleuse dubplate « Ras Always » chantée par Lutan Fyah, interprétée par Chazbo et produite par Roots Youth Label (et bientôt released) que furent allumées de nouveau les lumières sur une salle encore bondée. A 5h30 du matin, dans la queue qui se formait pour rejoindre le vestiaire, on entendait encore beaucoup de massives rire à gorge déployée, signe s’il en est, que la soirée fut bonne.

Personnellement, j’ai été agréablement surpris par la tournure de la soirée. Je suis un habitué de Channel One et me rends chaque année au  carnaval de Notting Hill depuis quelques temps déjà. J’ai toujours apprécié cette formation pour le fait qu’ils permettent aux plus jeunes d’expérimenter dans les conditions d’un sound system des faces entières d’album. Mais, durant la soirée, les tunes s’enchainèrent les uns après les autres et parfois dans des styles jamais entendus comme le rocksteady par exemple.

Même Mikey Dread me surprit. Ce maestro qui est capable d’imposer le silence en sound system pour faire observer une minute de silence en mémoire des victimes de la Grenfell tower, se faisait commander par les artistes pour remettre le morceau à son début, à l’occasion d’un pull up par exemple, dans la plus pure des traditions du Birthday Bashment.

A plus d’un titre, cette soirée, restera historique. Les artistes comme le public, dans leur grande générosité, avaient la volonté de partager un moment ensemble et de se retrouver unis dans des valeurs que la Channel One Family a su construire pendant ses 40 ans d’histoire :  la célébration de nos différences et l’amour de la positivité. Gageons qu’il ne faille pas trop attendre pour les revoir dans notre ville car, dans leur sillon, ils sèment les graines d’un jour nouveau, outta Babylon ! ♦

Alban.

Regardez la last tune ici :