Dub Camp festival 2019 : créations originales et valeurs sûres au programme de la 6e édition !

La programmation définitive du prochain Dub Camp est tombée ce matin. Si de nombreux artistes et sound systems deviennent des habitués des lieux, d’autres viendront pour la toute première fois à Jouée-sur-Erdre (44) et parfois de très loin. Demandez le programme pour les 11, 12, 13 et 14 juillet prochains !

La Sound Meeting Arena, en 2018. Photo : Thomas Planchais.


Six éditions, c’est déjà une belle longévité pour un festival dédié (presque) strictement aux sound systems, le premier du genre en Europe sur ce format. Preuve que le festival a su trouver son public, mais aussi préserver son bel écrin, au bord du lac de Vioreau, où il a posé des dizaines et des dizaines de caissons de basses depuis deux ans, après 3 éditions ailleurs. Le tout dans une ambiance économique de plus en plus morose pour les associations et donc les festivals musicaux…

Cette année, le Dub Camp festival propose une soirée d’ouverture revue et déplacée sur le camping avec King Shiloh sound system, l’une des meilleures sonos européennes, qui amplifiera notamment les Anglais Vibronics et Conscious Sounds, mais aussi les Shashame Souljahs, venus spécialement d’Ethiopie pour l’occasion. Lesquels ont tissé des liens avec King Shiloh lors de ses sessions à Addis-Addeba, la capitale de l’Ethiopie, où les Néerlandais ont même un sound system.

Retour sous les quatre chapiteaux les trois jours suivants avec de nombreux habitués des lieux qui reviennent, notamment Channel One, absent pour la première fois l’an dernier, qui propose cette année un set marathon de dix heures. Autre familier de l’événement, Aba Shanti I est particulièrement attendu avec une sélection dédiée au reggae revival des années 90.

Iration Steppas, Young Warrior, fils de Jah Shaka, le maître sound system Mungo’s Hi-Fi, le jeune et prolifique producteur Indica Dubs, Dubkasm ou encore Dub Judah et le mythique label Sip A Cup (…) complètent une scène britannique peut-être une peu moins massivement représentée que lors des dernières éditions.

De fait, le festival accueille plus d’artistes venus d’ailleurs, voire de beaucoup plus loin comme le producteur stepper japonais Dub Kazman issu de la dynamique scène dub d’Osaka ou le crew mexicain Bass Revelation qui joue pour la première fois en France comme le collectif féminin croate, Roots Daughters. Les Allemands de Young Veteran sound system (Cologne) et les Italiens de Moa Anbessa sont également de la partie.
Outre l’Éthiopie, le continent africain sera représenté par le label basé à Dakar, Amoul Bayi Records feat. Saah Karim qui viennent de sortir un excellent album ensemble ou encore par le chanteur nigérian Nai-Jah, qui lui aussi vient de sortir un opus remarqué (Masquerades).

«  Un festival pointu et spécialisé, mais aussi ludique et pédagogique »

La scène sound system française est quant à elle largement représentée avec Stand High Patrol en DJ set, O.B.F et son armée de chanteurs, Legal Shot sound system avec les vocalistes Daddy Freddy et Lasai, Brainless, Wandem sound system, Jah Militant, les Nantais RDH Hi-Fi ou Invalved sound system ou encore le collectif Adubtion qui viendra de la région parisienne en masse avec plusieurs selectas et selectress…

Les producteurs purs et durs ont également la part belle avec l’inusable Kanka, Ackboo (pour la première fois ici) ou encore le vétéran Barbès D et le jeune et prometteur Ist3p et ses compositions warrior style

Enfin deux créations originales retiennent l’attention et sont donc créées spécialement pour le festival. C’est le cas du set de Zenzile, groupe pionnier du dub français, qui invite l’émouvant chanteur jamaïcain Winston Mc Anuff pour ce qui s’annonce comme un grand moment de musique.
Dans un tout autre genre, le mythique producteur londonien Nick Manasseh propose pour sa part un showcase de quatre heures avec les vocalistes Brother Culture, Mr Williamz et Kenny Knots pour apprécier le reggae chanté de la face A autant que le dub travaillé aux effets de la face B !

D’autres artistes, conférences et activités (boxman challenge ou jukebox arena…) complètent cette belle affiche et prouvent toute la diversité d’un festival à la fois pointu et spécialisé, mais qui n’oublie pas d’être ludique et pédagogique. Sûr de sa ligne artistique consacrée aux sound systems, le Dub Camp peut même se permettre quelques « écarts » avec quelques jolies sessions acoustiques prévues qui devraient adoucir des tympans sollicités quatre jours non-stop tant par les infrabasses que les aigus les plus perçants. ♦

E.B.

Plus d’infos sur le festival ici. 

Le line up complet ici :