Bagnols Reggae Festival : bienvenue à Kingston-sur-Cèze!

La seconde édition du Bagnols Reggae Festival s’est tenue les 25, 26 et 27 juillet. Bref retour sur l’événement reggae roots de l’été avec les impressions de Sista Gwen !

Crédit photo : LiviPix.

Bagnols-sur-Cèze est une ville qui s’anime aux couleurs du drapeau vert, jaune, rouge fin juillet et prend le surnom « Kingston-sur-Cèze ». Ici se tient le grand rendez-vous des rastamans et puristes de la culture Rastafari ou amateurs de reggae roots qui prend sa source dans la visite mythique de Haïlé Selassié dans le Gard. Ce dernier a même été reçu par le maire de Vénéjan, une commune toute proche de Bagnols, en 1954.

Le Négus et le maire de Vénéjean (30), en 1954. Photo : DR.

C’est le « Jamaican Sunrise », pionner des autres festivals à Bagnols, qui a ancré, dès 2002, cet amour du reggae dans cette ville. Pour cette seconde édition, l’organisation est bien ficelée avec une équipe efficace composée de Meziane Azaïche (directeur du Cabaret Sauvage à Paris), Bastien Bacha (responsable de Talowa Productions) et Jérôme Levasseur, qui a connu une longue histoire à Bagnols, avec les deux éditions du « Ja’Sound » et qui a participé à la programmation de certains artistes du festival, avant de porter en partie le projet Garance Festival (à Paris depuis 1989, puis à Bagnols, de 2010 à 2014).

Après trois années sans festival dans cet endroit historique, Jérôme décide alors de lancer le « Bagnols Reggae Festival » en y intégrant le nom de la ville afin que les résidents s’approprient davantage cette culture qui berce la petite « capitale reggae » du Sud de la France.

Le Dub Club sous les arbres sonorisé par Blackboard Junge. Photo : G.B. 

Le festival se partage ainsi principalement entre deux scènes : un main stage avec les plus grandes légendes du reggae encore en activité et l’incontournable Dub Club sonorisé par les 24 basses de Blackboard Jungle accompagné d’autres artistes de grande envergure du dub. Le site du Parc Arthur-Rimbaud, en bord de la rivière Cèze, est un cadre idyllique et arboré qui permet à tous de ressentir la vibration profonde du reggae et de se connecter à la nature.

« Les célèbres elders ont réchauffé les cœurs »

Sur toute la durée des festivités, on a ressenti plein de moments forts mais celui que tout le monde a tant attendu, c’était le concert de l’équipe de Rockers qui nous plonge 40 ans plus tôt et propose une rétrospective authentique de ce film mythique. Pour la première fois sur la même scène, Leroy “Horsemouth” Wallace, Big Youth, Kiddus I, Bernard Collins, Llyod Parks et Kushart se sont réunis pour nous faire voyager dans le temps. Après quelques averses de pluie, le public a eu droit à un final de toute beauté et tous ces célèbres elders ont réchauffé les cœurs et la danse est ensuite repartie de plus belle…

L’équipe de Rockers sur la scène principale le dernier soir du festival. Photo : G.B.

Du côté du camping, un Dub Corner sonorisé par 2 scoops et la Roots Jam Session, tous les deux organisés par le collectif de Neboty Roots et des artistes bénévoles, sont également de la partie.

En off, tous les habitants de Bagnols ont pu eux aussi vivre l’événement avec l’exposition de l’artiste Fluoman, des projections de films et documentaires sur cette culture et le défilé continu de l’Ensemble National de Reggae (ENR) ainsi que des petits concerts dans les bars…

L’édition 2019 fut couronnée de succès et les dates de la prochaine édition sont déjà prévues les 23, 24, 25 et 26 juillet 2020. Bagnols, ça ne se raconte pas, ça se vit ! ♦

Texte : Gwendoline Bardollet / Photos : LiviPix.

Retrouvez plus de photos de LiviPix ici :

Ce diaporama nécessite JavaScript.