Nazamba, O.B.F, I-Tist et Roots Attack offrent une expérience musicale inédite à Nantes !

Jeudi dernier, la 25e Get Up Session (déjà!) accueillait un plateau inédit à Stéréolux : le nouveau projet d’O.B.F avec Nazamba et I-Tist ainsi que le producteur Jeh Jeh de Roots Attack. Retour sur l’événement avec le joli récit de François et les puissantes photos d’Antoine.

Nazamba, manifestement habité par la musique. Photo : Antoine Violleau.


La lune est pleine ce jeudi soir à Nantes, et une expérience particulière se prépare à Stéréolux. Une session autant spirituelle que physique avec l’un des nombreux projets d’O.B.F, le meeting de Rico et de Nazamba, un dub poetry expérimental mais qui ne manque pas d’énergie pour autant. Mais avant, c’était Roots Attack au contrôle.

Jeh-Jeh de Roots Attack pour un live dub convaincant.

20h30, Jeh Jeh prend place sur scène, sans ses acolytes I-Fi ou Twan Tee, et commence par une sélection roots to rub-a-dub. Pour vous donner l’ambiance, on y a entendu « Satta Massagana » de The Abyssinians, le magnifique « Black Bird » d’Earl Zero ou « Ganja Smugling » d’Eek-A-Mouse. Ce dernier a permis de faire le pont entre ces foundation tracks et les productions de Roots Attack. Débarquent alors des dubplates avec Daman et Johnny Go, deux Mc’s passés aux Dubsplash (les soirées régulières de Roots Attack). L’ensemble du public semble touché par une production avec Linval Thompson, une commande spécialement écrite et enregistrée à la mémoire de Steve, jeune nantais qui s’ajoute au morbide tableau des décès provoqués par les forces de l’ordre le 21 juin dernier. Le warm up s’achève par « Step Inna Country » avec I-Fi, où le public commence (enfin!) à bouger et partager la vibe.

Belle performance de Jeh Jeh qui, en plus d’envoyer une solide sélection, nous offre un live dub de qualité. Quel plaisir de voir et entendre comment une console de mix peut être pris comme un instrument de musique à part entière, qui laisse une grande part à l’improvisation, demande une vrai maîtrise de musicien et rappelle que le dub ne se cantonne pas uniquement à balancer de la bassline.

Changement de plateau, changement d’ambiance, atterrissage imminent à Kingston, Jamaica. Rico est en place et balance une intro qui plonge le public dans une jungle moite, entouré de grillons et autres bêtes, lors d’une nuit parsemée de coups de tonnerre. Nazamba et sa voix caverneuse retentissent dans un épais nuage de fumée. Ambiance parfaite pour lancer en douceur le méditatif « Africa », que Rico s’amuse à accélérer sur la fin. S’enchainent les tracks de l’album, qui prennent tout leurs sens en live : Nazamba complètement habité par le son, joue de la cabasa, delay sa voix, et prend le temps, sans longueur non plus, d’expliquer au public le sens des messages exprimés. I-Tist aux percussions, souligne le côté spirituel et naturel. Je regrette même que plus de place ne lui ait pas été réservé, des phases dub + percussions auraient été un must, comme aurait dit Moses. On découvre avec plaisir des tunes qui ne sont pas sur l’album, comme « General », « Ganja Yard » ou « Hot Beer » (cette dernière a été annoncée comme le 1er single du prochain album d’O.B.F, et donne son nom à une bière au chili qu’ils ont fait brasser pour l’occasion !).

« Police Brutality, toujours bienvenu dans une ville comme Nantes. »

Rico explique au micro que chaque chanson a été écrite à la suite de moments de vie lors de son dernier séjour en Jamaïque, et on prend plaisir à imaginer Rico & Nazamba commander une Red Stripe dans un bar, qu’on lui sert chaude… jamaican style ! 
En fait, c’est sûrement ce qui fait de ce projet une réussite : l’imprévisible. Imprévisible, cette situation où le chanteur héberge le producteur lors de son séjour en Jamaïque via un ami commun. Imprévisible aussi, le fait que l’un des plus gros activiste, adorés par les dub/stepper/bass addicts se lance dans le style dub poetry. C’est ça, la force des indépendants et des grands artistes : la liberté de création. C’est ça, la force du dub : abattre les frontières.
Le featuring avec Nazamba se finit par « Politricks », revisité pour l’occasion, sans Soom T, et bien plus énervé que la version studio, et un « Police Brutality », toujours bienvenu dans une ville comme Nantes et qui résonne ici avec d’autant plus de force…

Rico O.B.F au contrôle !

Nazamba s’éclipse, il reste 40 min à Rico, juste le temps de nous envoyer une déferlante de dubplates. Eek-A-Mouse, Koffe, Pupajim… Le public enclenche le mode bascule, ça skank dans tous les sens. On a le bonheur d’entendre des morceaux du prochain album annoncé pour 2020, qui s’annonce gigantesque, avec Charlie P, et un autre réunissant Biga Ranx et Sr Wilson, « Jah Jah a mi driver ». La last tune, Do Your Ting, a, comme souvent avec O.B.F, transformé le public en une poupée de chiffon, prenant possession de ses membres. J’ose à peine imaginer ce que ça rend sur sound system.

Une bonne moitié de la foule reste pour le final de Roots Attack, qui profite d’un public qui a fini par se chauffer, pour balancer killer sur killer. Rootical & dubwise, des productions taillées pour le sound system, une collaboration avec Tom Chouette rempli de cuivres qui titillait une ambiance ska ou des productions chantées par Queen Omega. Une last tune, avec un public hurlant au pull up, qui conclut une belle soirée et permets d’avoir un large spectre dub en seulement 4h.

J’ai parlé à quelqu’un en terrasse, fort sympathique au demeurant, qui trouvait le set d’O.B.F & Nazamba un peu « mou » et expliquait à son ami, à qui il voulait faire découvrir le milieu, que ce n’était pas « comme ça normalement ». Pour ceux qui veulent absolument lancer des grands coups de front sur du stepper de furieux car c’est O.B.F, passez votre chemin. Mais si vous êtes ouverts et voulez découvrir un aspect qu’on voit rarement en session, êtes prêts à écouter et apprécier l’expérience plutôt que de vous la coller (ce qui est très bien aussi dans l’absolu, ce n’est pas la question), ne loupez pas Nazamba & Rico pendant leur tournée. ♦

Textes : François Laboué / Photos : Antoine Violleau (retrouvez son site internet ici et sa page facebook ici)

Retrouvez d’autres photos de cette session ici :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


Retrouvez la prochaine session d’O.B.F feat. Nazamba à Paris lors du Forward festival, vendredi 22 novembre ici :
https://musicalechoes.fr/event/forward-bass-culture-paris-jour-1-aswad-ashanti-selah-mad-professor-kanka-o-b-f-feat-nazamba-sinai-sound-system/