Chronique : « Signz » d’O.B.F + sondage top 3 tunes

Près de six ans après Wild et un paquet de projets très différents sortis depuis, c’est peu dire que le nouvel album d’O.B.F était très attendu. Après une lente maturation, Signz déboule enfin avec pas moins de 22 morceaux dont une intro et trois interludes mystiques signées Nazamba pour 72 minutes d’urban dub. Une offre musicale étoffée et une pléiade de vocalistes au micro. Mais que contient vraiment le ventre de cette machine ? La réponse en deux avis. Votez pour vos 3 titres favoris de cet album ci-dessous !

Artwork soigné de Laska pour cet album.

L’avis d’Emmanuel « Blender » :

Des signz (signes) avant coureurs de cet album, O.B.F en a laissé plusieurs sur les réseaux à mesure que la date de sortie approchait. D’abord la bombe dub & grime « Ina this ya time », premier morceau à « teaser » en mars qui ouvre l’album et dont le superbe clip est tourné dans les rues de Brixton à Londres (voir ici). Ensuite, en avril, une autre bombe cette fois en provenance directe de Kingston Jamaica avec Aza Lineage au micro pour un pur reggae moderne explosif aux arrangements brillants et au flow hallucinant de justesse qui appelle toutes les femmes, les « Rebel Daawtaz », du monde à se rebeller contre l’oppression masculine (voir ici). Enfin, dernièrement c’est l’anthem de sound system, « Driva » qui sortait au grand jour avec sa rythmique folle et un Biga Ranx en grande forme. Trois gros pavés jetés dans la mare qui ont fait des remous et ont permis aux fans de patienter jusqu’à la sortie officielle.

Mais le reste du disque est-il du même acabit ?

Oui, à cent pour cent, à l’écoute d’un « I’m an African » très convaincant de Tippa Irie qui rappelle sa triple identité (africaine, jamaïcaine et londonienne) sur un riddim massif et entêtant qui flirte avec le hip hop. Oui encore, sur « Bun the devil » où le singjay Jah Mason réapparait près de 15 ans après ses derniers efforts connus et la fin de la période dite new roots…
Oui et toujours oui, sur un « Bubble » très entraînant, porté par le flow hors pair de Charlie P dans la lignée de l’album Ghetto Cycle (en lire plus ici). La réponse est toujours positive à l’écoute de « Wagwan » où la voix la plus ruff du game, celle de Killa P se lance dans une course folle avec le flow toujours aussi précis de Charlie P (encore lui) dont la diction parfaite devrait être érigée en modèle pour tous les vocalistes amateurs de yaourths et de « franglais ». Autre combinaison très réussie, celle entre le jeune Parisien Junior Roy et le vétéran Daddy Freddy au débit de mitraillette automatique qui glorifie le sound system qui résonne comme un duplate universel doté d’une bassline assassine…

« C’est même la grande réussite d’O.B.F sur ce « Signz », celle d’inventer des musiques et des styles qui n’existent pas encore. »

À part ça ?

Shanti D se pose en mode lover sur « Your love » au riddim très cloud et enchaîne les superlatifs à l’endroit d’une demoiselle courtisée… Quant à l’Espagnol Sr Wilson, il célèbre la fête et le sound system sur un « Party Ram » forcément festif, tandis que Pupajim déclare son amour pour l’eau (en tant qu’élément), sur le titre écolo « Water » à la rythmique très futuriste.
L’inévitable Joseph Lalibela, pour sa part, chante toujours aussi fort sur « Born ina fire », mais semble courir ensuite derrière un riddim trop rapide pour lui alors que Biga Ranx revient « sous pression » sur un un morceau (volontairement ?) anxiogène et passé au voice coder (« Under Pressure »).

Si la liste des featurings est impressionnante, elle ne doit pas faire occulter les pistes strictement instrumentales, au nombre de quatre sur cet opus dont le fameux « Akouphene », la reine des last tunes d’O.B.F depuis des années que d’autres sounds (Sinai, Wandem…) avaient fini par se procurer pour achever les massives à l’heure où les lumières sont rallumées (voir le nouveau clip ici). À force de l’entendre en sound, on se rend compte qu’on la connaît par cœur, mais l’apprécier tranquillement au casque ou dans son salon permet aussi de décortiquer un riddim absolument diabolique qui définit la last tune à lui tout seul. Cet « Akouphene » est  un char d’assaut, une machine de guerre martelante qui déclare la guerre à nos tympans avec une énergie sauvage et dévastatrice et libère à chaque fois une déflagration d’adrénaline et d’endorphine !

Derrière cet ovni, s’enchaîne l’énigmatique « SG Dub » dédié à Stef, la femme de l’ombre du crew, last tune de l’album bruitiste et lumineuse qui semble indiquer que la vie reprend malgré tout sur terre après l’explosion et la destruction engendrées par « Akouphen » et jette les bases d’un monde nouveau et d’une nouvelle histoire… Avant cela, le titre « Asian Night », inspiré d’une nuit d’hôtel de Rico passée dans un gratte-ciel à contempler l’immensité urbaine angoissante de Shangai, nous fait voyager au milieu des néons fluorescents avec un dub atmosphérique (presque electronica) audacieux et indéfinissable. Car définir cet album n’est pas chose aisée tant il est un champ d’expérimentation musicale avant-gardiste qui mélange sans complexe le reggae et le dub à une multitude d’autres courants dits « urbains ». C’est même la grande réussite d’O.B.F sur ce Signz, celle d’inventer des musiques et des styles qui n’existent pas encore. Un laboratoire de recherches sonores dont nos oreilles, toujours curieuses et ouvertes, sont les cobayes consentantes et comblées. ♦


L’avis de Samuel Bagla  :

Voilà un véritable et officiel deuxième album, après des aventures dédiées avec Charlie P ou Nazamba, ou les multiples singles sortis sur Dubquake Records ! O.B.F. remet donc le couvert pour satisfaire les appétits les plus insatiables six ans après Wild et se montre toujours aussi sauvage.

22 titres, dont 4 intro et interludes, avec un panel de chanteurs et MCs qui témoigne des voyages, des rencontres, mais aussi de la fidélité du crew (avec le trio Charlie P, Shanti D, Sr Wilson, toujours présent).
Sans concession, l’album s’ouvre sur une intro à l’instrumentale fantomatique et lo-fi, appuyée par la voix caverneuse de Nazamba, qui se charge ensuite des interludes, tel un narrateur d’une histoire qu’il faut suivre chapitre par chapitre et qui est pensée, selon les propres mots de Rico, « comme le déroulement d’une session sound system », du plus calme au plus « énervé » donc.

Pour le reste, tout le monde est servi. Influences variées, roots, new roots, dub, steppa/dub, bass music, expérimental (…) Chaque style étant bien séquencé tout au long du disque.
Les couleurs O.B.F. sont toujours présentes, teintées de trap, de grime et servent un propos plus posé, assagi, mais sans pour autant oublier l’énergie dub, et au-delà, la vibration reggae, pour satisfaire les amateurs de vibes profondes comme ceux qui préfèrent l’explosivité.
Laska, le graphiste du crew depuis de nombreuses sorties, illustre cet album avec un visuel vaporeux, envoûtant et même ensorcelant. Nul doute que le contenu du disque ensorcelle tout autant les auditeurs une fois son écoute terminée.

* Signz sort en numérique, vendredi 29 mai, sur Dubquake Records (voir ici), et en double vinyle « soon come ».

🎵 Écoutez tous les titres sur le bandcamp d’O.B.F ici.

🎵 Écoutez un mini mix exclusif de l’album par Rico O.B.F ici :

Tracklisting 2XLP vinyle :

Intro feat. Nazamba
A1- Ina this ya time feat. Charlie P, Irah & Killa P
A2- Bun the evil feat. Jah Mason
A3- I’m an African feat. Tippa Irie
A4- Party ram feat. Sr Wilson
Interlude feat. Nazamba

B1- Rebel Daawtaz feat. Aza Lineage
B2- Bubble feat. Charlie P
B3- Your love feat Shanti D
B4- Asian Night
Interlude feat. Nazamba
B5- Musica feat. Belén Natalí & Sr Wilson

C1- Driva (No GPS mix) feat. Biga*Ranx & Sr Wilson
C2- Water feat. Pupajim
Interlude feat. Nazamba
C3- Born ina fire feat. Joseph Lalibela
C4- Wagwan feat. Charlie P & Killa P

D1- Under Pressure (Barricades mix) feat. Biga*Ranx
D2- Sirenz
D3- My sound feat. Daddy Freddy & Junior Roy
D4- Akouphene
Bonus track : SG dub.

Le top 3 tunes de Samuel Bagla :

1- Rebel Daawtaz feat. Aza Lineage
2- Ina this ya time feat. Charlie P, Irah & Killah P
3- Musica feat. Belen Natali & Sr Wilson.

Et vous, quel est votre top 3 tunes du nouvel album d'O.B.F ? Votez ici.

View Results

Loading ... Loading ...