En vrac dans les bacs #5 : les dernières releases de BAT Records, Lion’s Choice, Yi Mas Gan, Higher Meditation et All Nations Records !

Petit tour d’horizon non exhaustif de quelques releases marquantes de ces derniers mois : les derniers albums de Dub Sheperds / J.A.H.N.O et de Higher Meditation et les dernières sorties vinyles de Lion’s Den à Berlin, un Tena Stelin de 1992, ou encore les deux derniers 7″ produits par Simon Nyabinghi à paraître en juin. Run it !

Kenny Knots et Massive Dub Corporation sur la face A ce nouveau 12″, produit à Berlin.

Dub Sheperds feat. J.A.H.N.O & Ivanjah : Tales Of A Wild World (2XLP BAT Records).

Sorti mi-février déjà, un mois avant le confinement, ce double album ne doit pas passer inaperçu ! Et pour cause, c’est une petite pièce d’orfèvrerie roots & dub sortie du studio de BAT Records à Clermont-Ferrand.

Sur le premier vinyle, 6 titres composés et chantés par les Dub Sheperds et sur le second, les 6 mêmes versions, mais arrangées cette fois par le producteur J.A.H.N.O avec Ivanjah, au micro.
Deux styles, deux ambiances, mais la même approche résolument roots et analogique pour composer et mixer les instrumentaux : vrais instruments, déconstruction des rythmiques, basses lourdes pour un son organique et épuré. Si le ton est plutôt léger et enjoué sur les titres chantés par Jolly Joseph, encore plus à son aise en studio qu’en sound system et doté d’une palette vocale élargie, l’atmosphère est plus sombre et sur le second disque.

La voix grave et menaçante d’Ivanjah, qui rappelle parfois celle de Prince Far I, se pose à merveille dans les interstices des riddims triturés et bidouillés par J.A.H.N.O avec un talent incontestable à la console et une approche très jamaïquaine du mix, plus basée sur l’effacement et les blancs que sur la surcharge d’effets. Le résultat est sans appel : ce double disque fleure bon les dub des origines (70’s et early 80’s) tout en y ajoutant une touche d’originalité, notamment grâce aux trouvailles des vocalistes comme des arrangeurs.

Kenny Knots / Massive Dub Corporation / Digitron : « Rise Again » (12″ Lions Choice) & Kenny Knots / Ashanti Selah : « Rise Again » (7″ Lions Choice).

Trois « Rise again » de Kenny Knots sinon rien !

Un chanteur, deux disques de deux formats différents et 6 déclinaisons au final d’un même titre, « Rise Again » de Kenny Knots. C’est l’idée originale venue de Berlin et plus précisément de l’antre du Lion (Lion’s Den) et de son sous-label Lions Choice. Un choix audacieux et un riddim qui comporte donc trois versions chantés et trois dubs différents.

À l’aise comme un lion dans la savane, le chanteur Kenny Knots se montre particulièrement persuasif et nous appelle à nous relever de nos difficultés. Un message simple efficace porté par une rythmique qui ne l’est pas moins sur les trois déclinaisons proposées. La première jouée par le groupe français Massive Dub Corporation a ce petit côté petit côté french dub live assez irrésistible, un skank bien trouvé, une basse monstrueuse et de jolis cuivres qui viennent colorer un ensemble puissant et envoûtant. La seconde est sans doute la version la plus ruff & tuff, elle est mixée par le producteur croate Digitron qui ne lésine pas sur les effets et la déconstruction pour emmener le riddim dans une autre dimension, plus électronique et encore plus rapide.

Quant à la troisième déclinaison assurée par Ashanti Selah, sur l’autre vinyle (le 45 tours donc), elle semble la plus sage de prime abord, mais donne en fait à entendre un mix brillant de facture certes classique (écho, reverb, mute…) dans la lignée de ce que pourraient faire les plus grands ingénieurs à la console par le passé, mais arrive aussi à sonner moderne et original. Bref, deux belles sorties, assez proches, mais finalement complémentaires et qui ne lasse pas l’oreille malgré un seul et même riddim !

🎵Écoutez des extraits ici.

La face A de ce nouveau 12″ de Yi Mas Gan Records.

Tena Stelin & Centry : « Clean up the world » / Chazbo : « Ligthning & Thunder » part. 1, 2 & 3 (12″ Yi Mas Gan).

Pour sa cinquième release, le label basé à Nantes Yi Mas Gan frappe fort avec un anthem UK roots des années 90 : « Clean up the world ». Chanté par l’Anglais Tena Stelin, ce morceau appelle à « nettoyer le monde de sa pollution », un message qui n’a pas vieilli, bien au contraire et qui résonne avec d’autant plus de force aujourd’hui ! La voix chaleureuse couplée à la rythmique imparable en font un hit en puissance, jamais édité en single, mais qui figure déjà sur un album du chanteur datant de 1992 (Sun & Moon).

Le vocal est complété par une jolie version aux cuivres de Centry, ainsi qu’un mix dubplate style du même groupe assuré par Dougie Wardrop des Bush Chemists qui propose un riddim retravaillé pour mieux souligner une ligne de basse imparable et ronde à souhaite qui donne au morceau toute sa chaleur !

Sur la face B, changement de registre avec un remix ou une plutôt une nouvelle lecture d’un morceau classique d’Augustus Pablo (écoutez le ici), « Lightning & Thunder ». Et c’est un autre joueur de mélodica qui s’y colle en la personne de Chazbo de l’écurie Bush Chemists. Dans son style steppa/dub japonisant caractéristique, le Londonien accélère et magnifie le riddim en faisant une arme de choix pour les sound systems !

Les parties 2 et 3 du morceau accentuent le côté dubwise du riddim, le rendant plus martial et plus sauvage et ne sont clairement pas là pour faire le nombre et arriver à la fin du sillon. Mixé à Tokyo, dans le Dub Temple studio, ces versions sont aussi percutantes qu’envoutantes et confirment, si c’était nécessaire, la précision scientifique dont fait preuve Chazbo derrière la console.

🎵Écoutez la face B de ce disque ici.

Higher Meditation : One Vibration (High Meditation Records).

Cette sortie n’est pas dans les bacs, mais en numérique seulement. Disponible sur le bandcamp d’Higher Meditation, elle est un cadeau en téléchargement gratuit « pour soutenir les gens pendant cette période » selon les mots de Young Addis.

Ce producteur français expatrié à Leicester en Angleterre a fait jouer la connexion locale puisque l’album est mixé par ses soins et masterisé par Steve Vibronics himself. C’est un album showcase classique avec 8 versions chantées et 8 versions dub toutes très travaillées qui sonnent très UK dub.

Des productions tranchantes et aériennes, sur lesquelles se posent les chanteuses Nia Songbird, Sista Lore et les vocalistes Bonnie Blazer et Mr Feelgood qui assure sur l’excellent « Heavy Dub » à mi-chemin entre le chant et le spoken avec des paroles simples, mais efficaces.

Les instrumentaux semblent emprunter à la grande époque de l’UK dub des 90’s (Vibronics, The Disciples, Bush Chemists…) avec ce subtil mélange, savamment dosé de sonorités froides et électroniques et de rythmiques chaleureuses inspirées des percussions nyabinghi et de la musique analogique.

Les deux derniers morceaux de cet opus (« One Vibration » et « One Version ») feraient par exemple de très bons last tunes en sound system tant ils réunissent les différents ingrédients du genre : ligne de basse pachydermique et rampante, percussions appuyées, cuivres entêtants et progression martelante de la rythmique… Ils sont d’ailleurs directement inspirés du morceau « Cyan take no more », face B de l’anthem « Land of Zebulon » (en lire plus ici) avec ses bruits de cloche caractéristiques et si entêtants.

Voilà un album certes en accès libre, mais pas du tout au rabais, tant dans la composition que dans la production très soignée qui ravira les fans du genre pendant 61 minutes et qui prouve que les Français peuvent aussi compter parmi les meilleurs ambassadeurs de l’UK dub !

🎵 Écoutez et téléchargez l’album ici.

William Stepper & Little R : « No place on the boat » / Simon Nyabinghi : « Some place on the dub » & Kulture D : « Jah Jah set us free » / Higher Meditation : « Jah Jah set dub free » (7″ All Nations Records).

Deux nouvelles friandises en 45T doivent sortir des presses en juin ! Produites par All Nations Records, le label de Simon Nyabinghi, anciennement du Nyabin sound system. Le producteur et dub maker rouennais revient donc garnir les bacs après deux pépites sorties l’an dernier (signées Youthie et sa trompette et Khayo Ben Yahmeen).

Le premier 7″, déjà joué en sound system depuis quelques mois, accueille une belle combinaison entre les chanteurs William Stepper et Little R. La voix nasale du second répond parfaitement à celle, du premier qui assure les refrains d’une voix volontairement traînante. Le propos est simple, courageux et pas si courant finalement dans le reggae puisque ce titre prend fait cause pour les réfugiés qui « traversent la mer » et « sont prêts à perdre la vie » pour fuir la misère. En face B, Simon Nyabinghi revisite la rythmique avec brio et sobriété, avec des percussions qui viennent se caler entre des kicks appuyés pour une version qui reste plutôt sage.

Autre ambiance sur le second disque où Kulture D reprend le thème éculé de la captivité des rastas par Babylone et appelle de ses vœux la libération de ces derniers par l’inévitable Jah Jah, briseur de chaînes physiques comme métaphoriques. Pas les paroles les plus originales du monde, mais elles semblent chantées ici avec conviction !  Le dub maker Higher Mediation (encore lui) est cette fois à la composition et propose une rythmique puissante et cyclique, enjolivée car quelques notes de mélodica rafraichissantes. En face B, le dub passe à l’étage supérieur, porté par un couple basse batterie du tonnerre et un mélodica virevoltant et suscite finalement autant d’intérêt que le vocal tant elle est massive.

🎵 Écoutez des extraits de ces deux 7″ sur soundcloud ici et ici.

E.B.

♥ Vous aimez Musical Echoes, soutenez notre travail ici, merci beaucoup :
https://www.helloasso.com/associations/musical-echoes/formulaires/2/widget