Live Tape Archive #2 : Les premiers concerts du groupe Culture de Joseph Hill au Bataclan !

Les archives du reggae n’ont pas encore livré tous leurs trésors, Musical Echoes vous propose ainsi des focus sur des concerts et sound systems historiques. Deuxième volet de cette nouvelle série : les deux premières dates du groupe Culture et son chanteur mythique, Joseph Hill, au non moins mythique Bataclan de Paris. La première en intégralité audio, la deuxième racontée par un texte et deux photos inédites.

Joseph Hill au micro pour le groupe Culture, le 28 mars 1980 au Bataclan. Une toile de l’artiste Fluoman est visible en arrière-plan. Crédit : Aziz Azara.

L’organisation d’un concert ne tient pas à grand chose. Du moins à cette époque-là. Mars 1980, une passionnée de reggae prénommée Céline aurait réussit à toucher quelques subventions pour faire venir le groupe Culture en Bretagne pour une mini-tournée. Peine perdue, « ça ne marchait pas, il n’était pas encore assez connu du grand public et les dates ont toutes été annulées« , renseigne Aziz Azara, jeune photographe féru de roots à l’époque et aujourd’hui, patron du Mélomane Club à Montpellier (34). Mais les Jamaïcains ne rentrent pas pour autant bredouille ; José Jourdain, pionnier dans l’organisation des concerts de reggae en France et disquaire au Blue Heaven (le premier magasin spécialisé reggae en France) sur les Champs Élysées, « réussit à les choper et les retenir en France in extremis et leur propose trois dates de suite à Paris».


Une seule a finalement lieu : celle du 28 mars 1980, au Bataclan, boulevard Voltaire, dans le 11e arrondissement parisien. C’est déjà second concert du groupe dans cette salle après un premier live moins de quatre mois auparavant, en décembre 1979 dont nous offrons l’audio restauré en intégralité ci-dessous. Pas moins de treize musiciens montent ce soir-là sur scène : le charismatique Joseph Hill a alors 31 ans. Décrit comme « timide » et « réservé » par Aziz Azara, le vocaliste n’en distille pas moins un chant puissant au micro et n’hésite pas haranguer la foule sur les refrains.

« Après le live, dans les loges, un autre journaliste demande à Harry Powell : ‘on entend vos percussions, même quand vous avez les mains en l’air, c’est grâce à l’écho ?’ Non, c’était juste que ses mouvements étaient beaucoup trop rapides à suivre ! »

Harry « T » Powell aux percussions Nyabinghi accompagne le groupe Culture lors de ces premières tournées. Crédit : Aziz Azara.

Autour lui, un parterre de musiciens aujourd’hui de renom qui commençaient alors tous leur carrière : le prolifique guitariste Willie Lindo, le bassiste des Revolutionnaries, Bertram McLean aka « Ranchie » ou encore Dean Fraser au saxophone et Clive Hunt à la trompette. Du beau monde auquel il faut ajouter le percussionniste Harry « T » Powell aux Nyabinghi drums dont la performance a marqué le photographe, lors de la date suivante du même groupe, à Paris, au Palais des Arts : « J’étais au balcon et observais la journaliste Hélène Lee qui étais en contrebas dans la fosse et fixait longuement quelqu’un sur la scène : c’était Harry T qui semblait l’avoir hypnotisée. Après le live, dans les loges, un autre journaliste demande alors au musicien : ‘on entend vos percussions, même quand vous avez les mains en l’air, c’est grâce à l’écho ?’ Non, c’était juste que ses mouvements étaient beaucoup trop rapides à suivre», relate Aziz, encore admiratif, du jeu d’un instrumentiste aux « dreads énormes et sans âge».

Au Bataclan, le temps d’un match football (1h31), Culture donne a entendre tous ses plus grands hits qui dataient déjà des années 77, 78 et 79 : « Two Seven Clash » bien sûr dont l’album éponyme est classé à l’époque par la revue Rock  & Folk comme l’un des dix meilleurs albums de reggae de tous les temps. Mais aussi le brûlant « International Herb », l’essentiel « Too Long In Slavery » ou « See Dem A Come » qui ouvre alors le live, souligné par des cuivres magnifiques et prolongé par des percussions entêtantes…

Quant au chant, il est à l’image de Joseph Hill : sans fioritures, mais criant de vérité et de réalité, en faisant traîner certaines notes pour accentuer le côté sufferer du message. Car celui de Joseph Hill n’est jamais anodin ou badin, ses textes portent sur rasta, l’esclavage, la condition noire et celle des ghettos de Kingston. Bref, du roots & culture à l’état brut, musicalement comme dans le propos. ♦

Textes : E.B / Photos : Aziz Azara / Source enregistrement : Dubwise Garage (merci à Jah Breizh) / Restauration : E.B. 

🎵 Écoutez le premier concert du groupe Culture au Bataclan (5 décembre 1979) dans sa version complète et restaurée ici :

Retrouvez ici la Live Tape Archive #1 : http://https://musicalechoes.fr/2020/06/live-tape-archive-1-le-premier-concert-europeen-du-petit-prince-du-reggae-hugh-mundell-a-paris-en-1980/