Deux albums mythiques d’Iration Steppas ressortis par Dubquake Records !

Respectivement sortis en 1996 et 2004, Original Dub D.A.T. et Dubz From De Higher Regionz viennent de ressortir sur le label d’O.B.F, Dubquake Records, en version remasterisée et augmentée de nombreux titres non sortis sur les premiers vinyles.

L’album Dubz From De Higher Regionz, sorti à l’origine en 2004.

Formé en 1993 par la rencontre de Mark Iration et de Dennis Rootikal, Iration Steppas s’est instantanément démarqué des autres sound systems par son identité sonore : incroyablement avant-gardiste. Le fameux « dub de l’an 3000 » n’est pas qu’une formule marketing, mais désigne ce style stepper brut, sauvage, guerrier qui fait l’effet d’un uppercut en pleine poire sur un sound system digne de ce nom. Un dub mélangé à diverses influences, du roots au hip hop, de la techno à l’acid et élaboré à l’origine sur un simple sampler digital, avec une « vraie » basse.

Premier opus d’Iration, Original Dub D.A.T. ressort aujourd’hui avec 5 titres en plus que sur le vinyle d’origine.


Mais les compositions ne sont pas la seule marque du crew de Leeds, cette grande cité ouvrière du nord de l’Angleterre ; leur moyen de diffusion l’est tout autant. En live, Mark Iration sélecte ainsi ses morceaux via un lecteur de cassettes D.A.T  (Digital Audio Tape, un support qui permettait alors de sauvegarder le son numérisé sans compression). Ce n’est pas un hasard si Original Dub D.A.T est le nom du tout premier album du groupe, sorti à l’origine en 1996 et repressé aujourd’hui par Dubquake Records dans sa version la plus longue (15 titres comme sur le CD à l’époque alors que le vinyle n’en comptait que dix).

Parmi eux, de nombreux anthems qui ont permis au groupe de s’affirmer comme l’un des plus novateurs des années 90 : le remix du destructeur « Scud Missile », premier vinyle sorti d’Iration en 1994, celui du mythique celui « Killimanjaro » et son entêtant « Africa » dont l’écho se propage tout au long du morceau comme un mantra ou encore « Brain Damage » et son dub passé à la moulinette d’effets et de filtres diaboliques… 24 ans plus tard, le constat est sans appel : ces titres n’ont pas pris pas une ride. Mieux, ils ringardisent la plupart des productions actuelles dites « steppa », pourtant conçues avec des moyens beaucoup plus modernes.

« Ces deux rééditions donnent accessoirement une définition parfaite de ce que signifie l’adjectif ‘avant-gardiste’ sur le plan musical. »

Sorti huit ans plus tard, le second album du groupe, Dubz From The Higher Regionz, poursuit dans cette logique de stepper lancinant, rampant et finalement violent lorsque la basse est enfin lâché au bout de longues secondes, comme sur le terrifiant « What Dem A Go When Di Right Come » sur lequel Mark Iration s’amuse à ajouter le plus d’écho possible à sa grosse voix, sur un chant quasi spoken. Le hit « Locks » qui vient peu après donne à entendre le timbre plus subtil de Tena Stelin qui se faufile avec agilité dans les rares espaces laissés par une rythmique d’une lourdeur inouïe et une ligne de basse pachydermique.

Chantés ou strictement instrumentaux, tous les morceaux de cet album sont absolument cruciaux pour qui aime le stepper made in England (un pléonasme). Y compris les tunes plus expérimentales comme « Rejection Dub » tout en saturation ou l’incroyable « Rastadub » à la ligne de basse imparable qui semble s’immiscer au fur à mesure dans le moindre interstice de notre cerveau pour les combler de ses notes chaleureuses et rondes à souhait…  Comment Mark Iration et Dennis Rootical ont-ils pu imaginer des riddims pareils ? Aussi puissants, aussi fluides, aussi radicaux et différents de ce que faisait alors le reste de la scène UK dub ? Si cette question reste en suspens aujourd’hui, 16 ans plus tard, ces deux rééditions permettent néanmoins de prendre la mesure de l’influence considérable d’Iration Steppas sur tous les groupes dub qui ont suivi, souvent copié, mais rarement égalé. Elles donnent accessoirement une définition parfaite de ce que signifie l’adjectif « avant-gardiste » sur le plan musical. ♦

E.B.

Original Dub D.A.T et Dubz From De Higher Regionz sont sortis en digital et double LP vinyle sur le label Dubquake Records.

Deux posters dans chacun des deux LPs, compilent de nombreuses photos, affiches ou flyers d’époque !

Tracklisting :

Original Dub D.A.T (2XLP, re-issue 2020)

A1 : Lightning Dub
A2 : Fear Not
A3 : Running Away (Remix)
A4 : Scud Missile (Remix)
B1 : Untold Melody
B2 : Kilimanjaro (Remix)
B3 : Akasha
B4 : Reminiscence Dub
C1 : Brain Damage
C2 : Zulu Tribe
C3 : Remove Ya
C4 : High Rise Vibration (Remix)
D1 : Lightning (Pieces Like Rice Grain Mix)
D2 : International Footstep (Remix)
D3 : Way Down In A Babylon (Remix)

Dubz From De Higher Regionz (2XLP, re-issue 2020)

A1 : Angelic Symphony Dub
A2 : Wat Dem A Go When Di Right Time Come Dub
A3 : Revelations Dub
B1 : Talking Bout Jah Love Is Sweet
B2 : Locks
B3 : I’m A Warrior Dub
B4 : Rice And Peas
C1 : Babylon Fall Police Dub
C2 : No War Dub
C3 : Rastadub
C4 : Jah Is My Protector
D1 : Rasta Headquarters
D2 : Rejection Remix
D3 : Africa
D4 : Follow Me Come

Le top 3 tunes du chroniqueur :

1- Scud Missile (Remix)
2- Wat Dem A Go When Di Right Time Come Dub
3- Rastadub.

Écoutez le morceau « Rastadub » ici :


Écoutez l’album Original Dub D.A.T. ici :