Le long sommeil forcé des sound systems #2 : « Il y avait de la moisissure partout sauf sur les vielles têtes JBL »

Depuis la mi-mars 2020, tous les sound systems sont au repos en France. Plus de sessions dignes de ce nom dans l’Hexagone. Laissés au repos, ces derniers peuvent se détériorer en cas de mauvaises conditions de stockage. C’est le cas de celui de Digital Seal, gagné par la moisissure après plus d’un an et demi d’immobilité dans un hangar de Saint-Brieuc, dans les Côtes d’Armor. Explications.

Grand nettoyage de printemps pour le Digital Seal sound system à Saint-Brieuc (22), après la découverte de moisissures sur la plupart des boxes.

La surprise fut de taille pour Xavier, 39 ans, du Digital Seal sound system, le 26 avril dernier. Aussi grosse que les six scoops qui forment la base de de cette sono briochine, construite en 2015. « On était allé chercher le sound pour le déplacer dans un entrepôt plus grand et plus facile d’accès». Stocké dans un hangar d’une dizaine de mètres sous un plafond de taule, le sound system n’avait plus bougé depuis août 2019, « stacké contre un mur à même le sol, dans un entrepôt de matériel de peinture« . Moins de deux ans plus tard, la sono est piquée de ces tâches noires caractéristiques de la moisissure sur quasiment toutes ses boxes : « Il y avait des tâches partout, notamment sur les HP, les vis et les grilles sont rouillées, mêmes les câbles ont moisi alors qu’ils étaient rangés dans des caisses », renseigne le selecta, dépité et incrédule, qui a quand même sa petite idée sur les raisons d’une telle dégradation : « L’endroit est sec, mais mal isolé, pas chauffé et plein de poussière qui a dû s’accumuler en se déposant sur les boxes, puis se transformer en humidité pendant l’hiver qui a été particulièrement long, froid et humide cette année… ». Résultat, du moisi à foison, particulièrement derrière les scoops, dans les poignées et au-dessus des roulettes, mais aussi dans les kicks
Étrangement, seules les têtes sont restées intactes : de vieilles JBL, utilisées à l’origine pour sonoriser des scènes de concerts il y a plus de 30 ans et pourtant fabriquées en panneaux de contreplaqué alors que le reste du sound superpose 13 plis d’une épaisseur de 18 mm en bois de bouleau, protégé par quatre couches de vitrificateur. Un matériau classique et solide qui a largement fait ses preuves dans le milieu du sound system artisanal où il est souvent plébiscité.

« Avant d’être dans ce hangar poussiérieux, notre sound était dans la cave de ma maison »

L’arrière des scoops est particulièrement touché par la moisissure noire, friande de matériau riche en fibres, comme le bois.

« On aurait pu le peindre aussi, ça l’aurait peut-être plus protégé, mais on aimait bien la couleur du bois brut », renseigne Xavier avec une pointe d’amertume. Lequel se veut néanmoins rassurant : « on a tout nettoyé en une matinée avec du produit anti-moisissure et de l’eau de javel et ça tourne sans problème, mais avec quelques mois de plus passés dans ce hangar, ça aurait peut-être pu être bien pire…». Plus de peur que de mal donc pour le crew qui a encore un peu de pain sur la planche après avoir déménagé sa sono dans un autre entrepôt : « on va repeindre les grilles en noir et changer les vis pour de l’acier inoxydable. Il faudrait aussi passer une nouvelle couche de vitrificateur ! » Histoire d’être prêt pour la saison estivale où Digital Seal espère pouvoir à nouveau faire rugir son système rafraîchi avec notamment « un festival à sonoriser dans le coin » si la situation sanitaire le permet.

Une expérience malheureuse qui a donc laissé quelques traces, mais aussi une petite leçon sur le stockage d’un sound system dont le partage ne peut être que bénéfique : « Il faut aller voir la sono de temps en temps, bien vérifier que tout va bien, le mettre sur palette, dans un endroit bien sec et si possible, chauffé. Avec un tissu bien respirant pour la protéger éventuellement en cas de froid et d’humidité, et pas une simple bâche plastique qui risquerait de faire un effet cocotte minute », conseille le sound man qui se remémore cette anecdote dans un sourire : « Avant d’être dans ce hangar poussiérieux, notre sound était dans la cave de ma maison. C’était chiant à descendre, mais l’endroit était sain et je n’ai jamais eu de problème à part les poils du chat qui adorait dormir les boxes. Et dire que je m’en plaignais à ma femme ! ». ♦

E.B.

* À votre tour, si vous le souhaitez, n’hésitez pas à partager vos expériences (bonnes ou mauvaises) sur le stockage de vos sounds systems, en commentaire de cet article. Musical Echoes est un média participatif et ouvert à tou.te.s !

Plus de photos du Digital Seal sound system touché par la moisissure ici :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Xavier devant la sono de Digital Seal. Un projet auquel participe aussi Patou, Chavez et Francky.